Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Vidéos

Publié par Centre Béthanie

Lettre de Béthanie n°154 - Juillet 2018

 

Gorze, Juillet 2018

           

    

MEDITATION

 

De quoi s'agit-il ?  « Le chemin n'a pas de but, le but c'est le chemin. » La méditation n'est pas un exercice qui viendrait « en plus » dans mon planning quotidien au début et à la fin de la journée. La vie est méditation. L'exercice particulier que je pratique et que j'appelle méditation est un rappel et l'approfondissement d'une manière d'être qui gravite autour de deux pôles : « l'expérience » de ma nature essentielle, qui me libère de l'angoisse due à mon manque d'être et « la transformation créatrice » en un devenir conforme à mon « mandat céleste » pour reprendre une expression de la tradition taoïste.

 

La forme que je suis tend à manifester cette image innée en chacun de nous, qui évolue dans la mesure du contact que j'entretiens avec ma profondeur. Cette attention sans tension s'exerce précisément dans l'acte de méditer.

 

Ma vérité est « révélation » par l'expérience d'une qualité intérieure que Dürckheim appelle « l'être essentiel ». Dans la tradition chrétienne on utilise le mot « esprit » (du ternaire « corps-âme-esprit ») pour désigner en nous le réceptacle des énergies incréées du Saint Esprit. Une telle expérience pourrait se résumer en un mot : l'hésychia (L'invincible tranquillité du cœur).

 

Nous devons cependant distinguer les grandes expériences de l'Être qui sont extrêmement rares, et les brefs contacts de l'Être qui eux parcourent notre quotidien et dont bien souvent nous ne sommes pas conscients, préoccupés que nous sommes par l'avoir, le savoir et le pouvoir.

Quand il arrive dans notre chemin de vie que la grâce opère en nous un « vide » mental, ne serait-ce que durant quelques secondes, nous éprouvons alors une impression d'extraordinaire liberté. Du dedans de nous émerge soudain quelque chose qui donne à toute situation une qualité particulière. Mais, de toute évidence, notre manque de disponibilité à l'instant présent nous coupe de cette expérience et nous ramène rapidement dans le flux ininterrompu des pensées et des émotions.

 

Que faire alors ? Simplement, revenir ici et maintenant dans l'attitude méditative, en s'appuyant sur l'intelligence de notre corps. Le premier principe à mettre en acte est celui de l'alignement : « La droiture », mot qui résonne en nous sur des plans de plus en plus profonds. Cette droiture s'exerce et elle change ma manière d'être là à l'instant.

 

Le Christ dit que dans les moments de grandes épreuves nous devons « nous redresser » ... Cela est signifié dans l'évangile de la fin des temps. Tous les arts chinois ou japonais insistent sur l'importance de la verticalité, de la juste tension de cet axe qui relie en nous le ciel et la terre. Il s'agit donc d'expérimenter par l'observation de ma tenue. Ce travail est particulièrement important pendant la méditation.

 

Il y a en nous un affaissement chronique qui nous fait « courber l'échine » et dénote un abandon de notre vocation céleste. Le corps ne ment pas. Il est notre meilleur allié dans la prise de conscience de notre motivation profonde d'être le « pont » entre le ciel et la terre ; d'où le mot « pontife » qui désigne celui qui réunit ces deux pôles et qui célèbre cette loi ontologique à laquelle nous sommes invités à participer.

 

Grâce à cette verticalité assumée notre regard sur nous-même et sur le monde se transforme. Nous commençons alors à percevoir que la vie n'est pas dans l'effort du petit moi volontaire, (je me réfère ici à toutes ces spiritualités du « il faut »), mais dans le « non-agir » souvent bien mal compris si l'on s'imagine être invité à ne rien faire ou à se laisser vivre.

 

C'est une invitation à coopérer et à s'inscrire dans le mouvement de la vie en nous. Dès lors, peu à peu, l'harmonie se rétablit en moi et me libère du carcan de mes inquiétudes. Je vais alors aborder cette vie en retrouvant « le juste milieu ». Trouver l'équilibre dans tous les domaines, et observer si des ajustements s'avèrent nécessaires.

 

Tout cela me ramène à moi-même et à l'être essentiel ou « esprit ». Cet « esprit » est la traduction du grec « pneuma » qui signifie le « souffle ».

Quelle découverte alors ! : Il y a en moi ce souffle relié au Grand Souffle : le Souffle de mon souffle. Toute ma méditation va me conduire à une rencontre avec cette présence mystérieuse qui respire ici et maintenant et qui est la matrice de mon devenir. Il ne me reste plus alors, si je puis dire ! qu'à exercer cette attention au souffle dans la conscience de mon architecture corporelle, ce corps même que Saint Paul désigne comme étant un temple. Dans ce temple vivant que je suis, je peux ainsi célébrer la vie qui va et qui vient, cette vie dans laquelle pendant l'expiration je peux me lâcher, me donner et m'abandonner, et pendant l'inspiration vivre une nouvelle naissance.

 

Le Christ nous dit : « Voici, Je fais toute chose nouvelle. » Oui ! Et Il le fait à chaque instant chez celui qui « adhère » à Lui de tout son être. « La pratique, c'est l'intensité de la vigilance permanente. » Cette phrase que l'on attribue à Patanjali et chère au père Alphonse nous indique le sens profond de notre vie. Le Christ nous invite à chercher d'ABORD le royaume intérieur, cette Vastitude silencieuse du cœur de l'homme, et le reste va trouver sa place et son sens....

 

Je vous dis toute mon amitié en Christ, à bientôt !

 

                          Père Francis

 

Texte à méditer

 

 

Quand nous saurons pourquoi notre destin

Fut coupé par un autre ou le coupe,

D'où vint le vin qui réjouit nos coupes,

Miracle inaperçu dans le bruit du festin,

Que le joug qui nous courbe le cou,

Que l'erreur qui nous roula si loin,

Que les deuils endurés coup sur coup

Ouvraient un trèfle et le bouclaient à point... 

 

Lanza del Vasto : "Le chiffre des choses"

                                        

 

 

Prière

 

Murmure-moi, puisatier de mon cœur, sourcier de ma soif,

Vivifie ma poussière.

Que je tisse avec Toi des mots simples comme l’eau…

 

 Catherine-Marie de la Trinité

 

 

 

En juillet-août 2018

vous pourrez vivre à Béthanie

 

 

 

ATELIER D’ÉCRITURE : écrire et aimer le temps qu'il fait.

 

Trois jours pour s’approcher de nos météos : saisons extérieures et climats du cœur. On peut apprendre à regarder les ciels et à en chercher l’écho en soi. Aimer le temps, aimer la vie.

 

Du 12 juillet (19h) au 15 juillet 2018 (16h30)                                 

 

 

CHANTER DIEU DANS SON QUOTIDIEN

 

Le chant sacré dans la Tradition chrétienne est un temps de rencontre avec Dieu. Il saisit l’homme tout entier et sanctifie sa journée. Le souffle nous conduit jusqu’à l’intimité de notre être et la louange nous ouvre sur une attitude de vie radicalement nouvelle. Nous étudierons les offices du début, du milieu et de la fin du jour et apprendrons à les chanter afin de marcher en la présence divine.

 

Du 13 juillet (9h) au 15 juillet 2018 (16h30)    

 

 

VERS UN PARDON QUI LIBÈRE 

 

Il est des grands poids que nous portons à longueur de vie parce que nous n’avons pas pardonné. Cela devient parfois un enfer dont le pardon véritable peut nous sortir, nous libérer en nous donnant ainsi accès à notre identité profonde. C'est une expérience conduite par le Christ qui, seul, peut nous délivrer et nous guérir des chaînes et blessures du passé. La tradition des Pères, le regard clair sur soi, la prière, les sacrements et le travail corporel nous aideront sur cette voie.

 

Du 20 juillet (9h) au 22 juillet 2018 (16h30)              

 

 

MÉDITATION : SESSION D’APPROFONDISSEMENT

selon l’enseignement reçu de Graf Dürckheim

 

Descendre plus profondément dans la présence au corps qui est le « temple de l'Esprit ». La session se déroulera en silence et elle est réservée à celles et à ceux qui ont déjà une expérience de l'assise méditative. Quatre séquences de méditation de 2 fois 25 minutes entrecoupées d'une marche méditative seront proposées chaque jour. Exercices énergétiques, relaxation et exposés complèteront l'enseignement. Rencontre individuelle avec chaque participant.

 

Du 24 juillet (19h) au 29 juillet 2018 (11h)  

                                            

 

RENCONTRE AVEC MONSEIGNEUR MARTIN et JEAN DAVID

 

Thème : « Or Jésus aimait Marthe et sa sœur et Lazare… »               

(retraite en silence)

 

Dans sa musicalité, ce verset de l’évangile de Jean nous fait entrer dans la profondeur du Mystère de la Personne de Jésus se laissant rencontrer sur des chemins d’humanités… Marthe, Marie et Lazare de Béthanie sont ainsi devenus au gré de la marche, les amis proches du Seigneur. Nous nous mettrons à l’écoute de leurs présences historiques mais aussi des archétypes qu’ils manifestent afin de recevoir des informations utiles pour les temps d’aujourd’hui. Divers contes, cantiques et pièces liturgiques qui leur sont associés seront proposés pour ouvrir des chemins au son du luth.

 

Du 1er août (19h) au 6 août 2018 (14h)                                                      

 

 

APPROCHE POUR LA CRÉATION D’UNE ICÔNE

 

« Le secret de l’iconographe n’est pas dans ses pigments, mais en lui, dans l’énergie qui traverse le pinceau et qui, dans une simple ligne, révèle deux mondes, le Ciel et la terre. L’iconographe participe à la création. En écoutant Dieu, il féconde le monde. » (frère Jean)

Cet atelier se veut une approche de l’icône par sa réalisation. Le mystère de l’icône n’est autre que celui du Christ lui-même : « qui me voit, voit le Père ». Qui voit l’icône est mis en présence de celui, de celle ou de ce qu’elle représente. Celui qui peint une icône, dans la prière, à travers lignes et couleurs, se rend participant, acteur et témoin de cette épiphanie. Il n’est pas demandé de compétences particulières en matière de dessin ou de peinture, seulement des qualités telles que la patience et la persévérance. 

 

Du 10 août (9h30) au 13 août 2018 (16h30)    

        

 

PRIÈRE DE JÉSUS - PRIÈRE DU CŒUR :

à la source de la méditation chrétienne

 

Perle précieuse de la Tradition hésychaste, transmise depuis les apôtres jusqu’à nos jours par les Pères du désert et les moines du Mont-Athos, la prière de Jésus est une voie royale pour aller vers la prière du cœur. Elle est un chemin de sanctification et de transfiguration de notre quotidien et nous ouvre au mystère de la Présence de Dieu en nous et en toutes créatures. Nous découvrirons ses sources historiques, sa signification spirituelle, les conditions de son épanouissement et surtout nous la mettrons en pratique.

 

Du 10 août (9h) au 12 août 2018 (16h30)

                                                                                  

 

Pour télécharger la Lettre, cliquez ICI

Pour être tenu au courant de nos activités et recevoir la lettre de Béthanie gratuitement chaque mois par internet, envoyez votre e-mail à contact@centre-bethanie.org et si vous ne disposez pas d’internet nous vous enverrons la lettre par courrier mais pour ce faire, merci de nous adresser des enveloppes timbrées libellées à votre adresse.

 

BETHANIE, Prieuré Notre-Dame et St-Thiébault, 57680 GORZE

 

Abonnement au blog

#Lettre