Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Vidéos

Publié par Centre Béthanie

La lettre de Béthanie N°98

Gorze, décembre 2012

 

Chers Amis,

Aux époques de crise et de hautes turbulences comme nous en traversons, il est vital de retrouver la genèse première des choses pour se laisser illuminer par l’essence des “ pourquoi ” et s’enraciner dans le centre du cyclone. Ancré dans l’éternité immuable on ne se laisse plus impressionner par les vicissitudes de l’histoire, même si on est ahuri à juste titre d’y voir nié des pans entiers de l’Ecriture Sainte...

L'amour est la voie même de la sainteté, car Dieu seul est Amour et Lui seul est Saint. Quand un homme et une femme s'aiment et que cet amour aimante toute leur vie, c'est Dieu Lui-même qu'ils se communiquent et par là ils se sanctifient. "En Lui", les deux communient et deviennent un, parce qu'en réalité ils sont trois : "à l'Image de Dieu" car Dieu est un en trois Personnes, et Il se réfléchit, comme un miroir se réfléchit, en créant l'homme et la femme.

Cette prise de conscience du couple, toujours renouvelée et sans cesse approfondie, est le tout du Chemin : leur Amour c'est Quelqu'un ! Vivre à deux est la garantie de l'échec... La véritable icône du couple, son modèle unique, c'est la Divine Trinité. Vivre à deux n'est possible qu'en entrant toujours davantage dans la circulation d'Amour des trois Personnes Divines. S'en écarter, c'est mourir d'inanition, par le vide ; s'en approcher, c'est guérir de toutes les blessures et croître vers l'inouï.

Il est important pour un couple de contempler longuement le mystère trinitaire, de s'en laisser imprégner jusqu'à la moelle et qu'il devienne une expérience consciente et réellement ressentie dans la relation. C'est un esprit à acquérir, "l'atmosphère" que respirent deux êtres qui s'aiment.

En créant le couple "à son Image", Dieu inclut donc d'emblée l'Homme dans ce mouvement circulaire d'Amour. Vivre d'amour, c'est laisser cet amour trinitaire s'incarner en nous, devenir notre chair et notre sang et s'exprimer à travers nos mœurs. Là est le lieu de notre naissance, de notre Chemin en tant que naissance de soi. Car l'Image de Dieu en nous doit s'accomplir par la Ressemblance à Lui, le "programme" doit devenir réalité, comme le gland devient un chêne. Cette naissance, c'est l'avènement de la personne, le passage de la nature humaine, du composé biopsychologique commun à tous, à ce qui est unique en nous, le mystère de notre être, notre identité.

La première étape de cette Alliance, c'est bien sûr la création elle-même, acte d'amour de Dieu qui pose le passage du non-être à l'être. Le signe du commencement c'est l'Arbre de Vie qui trace le Chemin de l'inaccompli vers l'accompli, de l'Image vers la Ressemblance, par la réalisation de la clause donnée par Dieu : "Tu fais ma volonté, moi je ferai la tienne". L'Alliance est d'abord et toujours un échange de foi, c'est-à-dire un échange de volontés, un accord réciproque.

Or la volonté de l'homme, c'est d'être heureux : il ne cherche et ne veut que cela ! Durant toute l'histoire de l'Alliance, Dieu communiquera donc à l'homme le véritable bonheur et l'homme Lui fera un crédit total pour cela : Ma joie, dit Dieu, c'est ton bonheur (Dt 30, 9).

A cet effet, Dieu sépare l'Homme en homme et femme, car l'Homme seul n'est pas heureux (Gn 2, 18). Puis, littéralement traduit : Dieu façonne la femme tirée du côté de l'Homme et la planta en vis-à-vis de l'homme (Gn 2, 22).

Le premier bonheur incommensurable de l'Homme, c'est la conscience d'être, d'être soi, dans l'expérience jamais achevée du mystère de l'identité personnelle et unique. Cela n'est d'abord possible que dans la séparation et la différence. La fusion mène à la confusion et à la mort.

C'est dans le vis-à-vis de l'homme et de la femme que les deux sont "plantés" dans la différence. L'autre est le tout-autre, le jamais vu, l'inédit radical au sein de l'histoire.

Pendant le temps des fiançailles et parfois encore bien après, c'est la fusion. Etape importante mais seulement préliminaire. Quand on ne veut pas en sortir l'amour meurt, car il cueille le "Fruit", comme Adam et Eve, sans avoir fait le Chemin. Dans le "coup de foudre", les fiancés font l'expérience de l'Amour comme d'une Réalité éblouissante et achevée, mais celle-ci n'est qu'une promesse à conquérir par le long périple de l'ascèse.

Cette foudre d'émerveillement tombe sur Adam quand, dans le premier vis-à-vis avec Eve, il s'écrie : Ah! Voilà celle qui est l'os de mes os, la chair de ma chair ! (Gn 2,23). Par ce cri de joie, le vis-à-vis de la séparation et de la distance indispensables devient un face-à-face où l'apprivoisement s'avère possible et ouvre le Chemin. L'amour, tout au long du Chemin, aura toujours ses racines dans ce cri primitif où il s'origine. Celui qui s'enthousiasme et s'émerveille est sur le chemin des grandes découvertes (M. Zundel). Cela, parce que l'émerveillement à la fois pose la différence radicale et contient la grâce de la connaissance la plus intérieure. Celui qui s'émerveille voit ce que personne ne voit ; soudain libéré de lui-même pour un instant, dépossédé de tout, il contemple par son amour émerveillé sur la face de l'autre l'icône des profondeurs invisibles. Là il s'abreuve aux sources de la personne et de toute Beauté. L'amant qui s'est laissé brûler une fois en ces sommets intérieurs y descendra souvent, face à face, visage contre visage avec sa bien-aimée, où le baiser créateur se perpétue dans l'engendrement mutuel. Cette joie est le vrai critère de la vie et de l'amour.

Avec toute notre affection, à bientôt !

Père Alphonse et Rachel

 

Texte à méditer

Seigneur notre Dieu… bénis Toi-même ce mariage de Tes serviteurs et confirme la parole qu’ils ont prononcée, affermis-les dans l’unité qui vient de Toi, car c’est Toi qui, dès le commencement, créas le sexe masculin et le sexe féminin et c’est de Toi que la femme tient de convenir à l’homme et l’homme à la femme. Toi-même donc, Seigneur notre Dieu, qui as envoyé la vérité sur ton héritage et ta promesse sur tes serviteurs, nos pères, tes élus de génération en génération, regarde ton serviteur et ta servante et confirme leur union dans la foi, la concorde, la vérité et l’amour…

(Extrait de la prière de remise de l’anneau lors du mariage dans l’Eglise Orthodoxe)

Prière

Ô Jésus, né de la Vierge Marie Mère de Dieu, Lumière de notre intelligence, Toi qui, sans quitter le Père, T’incarnes pour notre salut. Tu viens apporter la paix sur la terre et la bienveillance parmi les hommes.

(Grande Antienne Ô de la vigile de Noël)

Prochaines sessions à Béthanie

http://www.centre-bethanie.org

Du 24 décembre (16h) au 25 décembre 2012 (16h) : NOËL. Toute l’histoire est datée « avant » ou « après Jésus-Christ». L’Incarnation de Dieu en l’homme est l’Evènement central pour toute l’humanité. Cela est vrai aussi pour chacun d’entre nous. Accueillir le Christ en soi est une métamorphose radicale. (Participation libre)

Du 26 décembre (19 h) au 31 décembre 2012 (11 h) : MÉDITATION ET SAGESSE DU CORPS : LA VOIE DU SILENCE. Face à l'insatisfaction qui engendre la violence, face au stress qui nous enchaîne, la traditionnelle voie du silence offre un chemin de pacification et de libération profonde. La sagesse du corps et la conscience du souffle ouvrent un accès privilégié à la découverte de l'instant présent et font pressentir la Grâce au fond de nous-mêmes. Initiation à l’assise méditative par la sagesse du corps et la conscience du souffle.

Du 12 janvier (16h) au 13 janvier 2013 (16 h) : LA THEOPHANIE. La fête de la Théophanie, le baptême du Christ dans le Jourdain, passe souvent inaperçu en occident. L’Eglise orthodoxe lui a gardé une véritable solennité avec la bénédiction des eaux et la proclamation solennelle du mystère trinitaire. Conférence le samedi à 16 heures. A 19 heures, Vêpres solennels. Le dimanche à 10h30, Divine Liturgie suivie de la bénédiction des eaux et des agapes fraternelles. (Participation libre)

Du 19 janvier (9 h) au 20 janvier 2013 (17h) : LA ROUE DE LA METAMORPHOSE SELON GRAF DURCKHEIM. L’expiration et l’inspiration sont les deux pôles d'un mouvement unique appelé «roue de la métamorphose». L’élan de la vie nécessite l'harmonie entre la tension et la détente.. La « roue de la métamorphose » sollicite une vigilance permanente...

Du 18 janvier (19 heures) au 20 janvier 2013 (17 h) : ECRIRE LA GRATITUDE. On n’écrit pas seulement pour trouver les mots et dire la souffrance ou sa vie mais aussi pour dire notre gratitude, notre reconnaissance, nos joies, nos moments parfaits. Trouver les mots de ce qui nous a touchés, pour ceux qui nous ont touchés.

http://www.centre-bethanie.org/programme_ligne.htm

http://www.centre-bethanie.org/compression/bethanie_programme.pdf

_____________________________________________________________________

Archives de la lettre http://www.centre-bethanie.org/lettre_archives.htm#archives 

Suivre Béthanie sur Facebook http://www.centre-bethanie.org/bethanie_facebook.htm

Suivre Béthanie sur Twitter http://twitter.com/centrebethanie

Seraphim le blog du diacre Marc http://seraphim.over-blog.com

 

 

La Lettre de Béthanie N°98 en pdf

Commenter cet article