Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Vidéos

Publié par Centre Béthanie

La Lettre de Béthanie N°103

Chers Amis,

Dans le souffle de la Pentecôte nous voudrions partager avec vous ces lumineuses paroles de Mâ Amritanandamayi, une sage hindoue de notre temps de plus en plus connue par ses nombreux voyages en Europe, et qui témoigne que l’Esprit Saint est partout présent et qu’Il remplit tout.

"Quand l'amour devient l’Amour Divin, la compassion emplit elle aussi le cœur. L'amour est un sentiment intérieur et la compassion est la manifestation de votre intérêt sincère, venant du cœur, envers quelqu'un, un être humain qui souffre. Il y a amour et Amour. Vous aimez votre famille mais n’aimez pas votre voisin. Vous aimez votre fils ou votre fille, mais vous n'aimez pas tous les enfants. Vous aimez votre père et votre mère, mais n'aimez pas les autres de la même façon. Vous aimez votre religion, mais n'aimez pas toutes les religions. Il se peut même que vous éprouviez de l'aversion envers les adeptes d'autres croyances.

De même, vous aimez votre pays mais pas tous les pays et peut-être avez-vous de l'animosité envers d'autres peuples. II ne s'agit donc pas d'un amour véritable. Ce n'est qu'un amour limité. La transformation de cet amour limité en Amour Divin est le but de la spiritualité. C'est dans la plénitude de l'Amour que s'épanouit la fleur merveilleuse et parfumée de la compassion.

Quand les entraves disparaissent - l'ego, la peur, le sentiment de la différence - vous ne pouvez qu'aimer et cet amour-là n’attend rien en retour. Vous ne vous préoccupez pas de recevoir quoi que ce soit, vous allez simplement avec le flot. Quiconque entre dans le fleuve d’Amour est baigné par ses eaux, qu'il s'agisse d'une personne en bonne santé ou d'un malade, d'un homme ou d'une femme, d'un riche ou d'un pauvre.

Chacun petit y plonger autant de fois qu'il le désire. Que quelqu'un se baigne dans ses eaux ou non ne fait pour le fleuve d'Amour aucune différence. Qu'on le critique ou le maltraite, il n'y prête aucune attention, il se contente de couler. Quand cet Amour déborde et s'exprime à travers chaque parole et chaque acte, il est appelé compassion. C'est le but de la religion. Un être plein d'amour et de compassion a réalisé les véritables principes religieux. Une personne compatissante ne voit pas les défauts d'autrui. Elle ne voit pas les faiblesses des gens. Elle ne fait pas de distinction entre bons et mauvais. Un être plein d'amour et de compassion ne peut pas tracer une frontière entre deux pays, deux croyances ou deux religions. II n'a pas d'ego, donc pas de peur, de convoitise ou de passion; il pardonne et oublie, c'est tout.

La compassion est comme un passage. Tout le traverse. Rien ne peut y rester, car là où existent l'amour et la compassion véritables, il ne peut y avoir d'attachement. La compassion est l’Amour exprimé dans toute sa plénitude. Voir et sentir la vie en toute chose, c'est cela l’Amour. Quand l'Amour remplit le cœur, on voit la vie vibrer dans et à travers l'ensemble de la création. « La vie est Amour » - c 'est la leçon qu'enseigne la religion. La vie est ici. La vie est partout. Il n’y a que la vie. Donc, l’Amour, lui aussi, est partout. Là où il y a la vie, il y a l'Amour et vice-versa. La vie et l'Amour ne sont pas deux, ils sont un. Mais on continue d'ignorer leur unité jusqu'à ce qu'on parvienne à la réalisation.

D'ici là, la séparation entre le cœur et l'intellect persiste. L'intellect seul ne suffit pas. Pour atteindre la perfection, la plénitude de la vie, il faut un cœur empli d'amour et de compassion. La connaissance de cette vérité est le seul but de la religion et des pratiques religieuses. Nous vivons une époque dominée par l'intellect et la raison, une époque scientifique. Nous avons oublié les sentiments fragiles du cœur. L'expression usuelle, commune au monde entier est : «Je suis tombé amoureux. » Oui, nous sommes « tombés » dans un amour enraciné dans l'égoïsme et le matérialisme. Nous sommes incapables de nous élever et de nous éveiller dans l'amour. Si nous devons tomber, que ce soit de la tête vers le cœur. La religion nous propose de nous élever dans l’Amour.

Amma, Mata Amritanandamayi, mère spirituelle hindoue contemporaine

Avec toute notre affection, à bientôt !

Père Alphonse et R
achel

Commenter cet article