Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Vidéos

Publié par Centre Béthanie

Lettre de Béthanie n°193

Chers amis,

 

Quelle est ma quête ?

 

« Si quelqu'un croit savoir quelque chose, il n'a pas encore connu comme il faut connaître. » dit saint Paul. ( 1 Co 8,2 ).

 

Connaître n'est pas savoir, savoir ne transforme pas ; c'est une « saveur », une entrée en matière, le menu qu'on lit au restaurant ! ... La véritable connaissance est le sens de la quête. « Si quelqu'un aime Dieu, celui-là est connu de Lui. » dit saint Jean. Il n'y a pas de connaissance sans amour. Cet amour a une Source : le Père, de qui viennent toutes choses et pour qui nous sommes, et un seul Seigneur, par qui nous sommes. Le Christ a dit : « Je suis le chemin ». Commencer le chemin, c'est suivre quelqu'un : une Présence qui se manifeste par une qualité dont l'essence est le Silence. Cette Présence est une évidence d'un sens au-delà de tous les sens et non-sens. C'est la vérité de l'être que je suis en Christ, car le Christ dit : « Je suis la vérité », et aussi, « Je suis la Vie ». Cette Vie, je peux la sentir à chaque instant et ainsi me relier à la source en moi. Pourtant, la distraction mentale est, pourrions-nous dire, le propre de l'homme en exil...

 

Notre quête pourrait se résumer en un seul mot : Entendre ! Se remettre à chaque instant à l'écoute du souffle qui m'habite et qui est habité par le « grand Souffle » du Christ. Alors oui ! Voici ! Je fais toute chose nouvelle ! Cette écoute a deux pôles : Le pôle silence dans l'écoute du corps et de la respiration, et le pôle nourriture dans l'écoute de la Parole qui, dit saint Paul, pénètre jusqu'à la jointure des os ! Ces deux pôles sont indissociables.

 

Par l'Esprit, nous « comprenons » à l'intérieur, au niveau du cœur, ce qui vient du Verbe et entre en nous par l'oreille porté par le chant liturgique. Nous comprenons la Parole, parce que nous devenons cette Parole : Elle s'incarne en nous ! Elle nous travaille dans un mouvement incessant de transformation. « Ainsi du royaume d'Elohim : il est comme un homme qui jette la semence en terre. Il s'endort et se réveille nuit et jour. La semence germe, croît, il ne sait comment. La terre d'elle-même porte du fruit : en premier de l'herbe, puis un épi, puis plein de blé dans l'épi. » ( Mc 4, 26).

 

Saint Jean dit du Christ : « De tout être, Il est la Vie ! » Cette vie que Graf Dürckheim appelle « la grande Vie », cette vie ne vit plus beaucoup en nous. Nous sommes à demi-mort, comme dans la parabole du bon samaritain, où l'homme qui tombe aux mains des brigands est laissé à demi-mort. Notre vie est étouffée par les inquiétudes, les soucis, le bruit mental incessant, bref par notre détresse existentielle qui nous détruit à petit feu... Notre désir d'être est « atomisé » en une multitude de pulsions que nous cherchons désespérément à assouvir pour être soulagé, l'espace d'un moment, de cette souffrance profonde d'être séparé de notre Source.

 

« La plus grande souffrance de l'homme, c'est d'être étranger à lui-même, c'est là son mal le plus profond. » Graf Durckheim.

 

Il est donc important de comprendre notre chemin d'éloignement pour saisir l'importance du chemin de retournement : la métanoïa. Quoique nous fassions du matin au soir, toutes nos initiatives sont l'expression d'une recherche : Comment être heureux... en paix ?

 

Edgard Morin dit que ce qui spécifie l'homme, c'est qu'il est « Homo demens ! » Fou ! Il ne sait plus qui il est ; son visage est un chaos : il cherche son véritable visage, sa véritable figure, celle qui rayonne du visage icônique du Christ.

 

Nous sommes invités à un chemin de « transfiguration » pour qu'à travers notre figure « transfigure » la lumière du Verbe. Puisse l'Esprit Saint nous éclairer, nous guider, nous fortifier, et nous consoler, par les prières de saint François d'Assise et de sainte Thérèse d'Avila que nous fêtons durant ce mois d'octobre.

 

Avec toute mon affection en Christ !

 

Père Francis

 

 

Prière

« Venez à moi, vous tous qui peinez et ployez sous le fardeau, et moi je vous soulagerai » (Mt 11, 28). Que voulons-nous de plus, Seigneur ? Que demandons-nous ? Que cherchons-nous ? Pourquoi les gens du monde s'égarent-ils, sinon parce qu'ils sont en quête de bonheur ? Ô Dieu, quel aveuglement profond ! Nous le cherchons, ce bonheur, là où il est impossible de le trouver. Ô Créateur, prends pitié de Tes créatures ! Vois, nous ne nous comprenons pas nous-mêmes, nous ne savons pas ce que nous désirons, et ce que nous demandons nous échappe. Donne-nous la Lumière, Seigneur ! Vois, elle nous est plus nécessaire qu'à l'aveugle né. Lui désirait voir la lumière et ne le pouvait pas, et maintenant, Seigneur, on refuse de voir. Est-il un mal plus incurable ? C'est ici, mon Dieu, qu'éclatera Ta puissance, ici que brillera Ta miséricorde. Je Te prie d'aimer ceux qui ne T'aiment pas, d'ouvrir à ceux qui ne frappent pas, de donner la santé à ceux qui prennent plaisir à être malades... Tu as dit, ô mon Maître, que Tu venais chercher les pécheurs (Mt 9, 13) ; les voilà, Seigneur !

Sainte Thérèse d'Avila (1515-1582) – Exclamations n°8

 

Texte à méditer

 

Ce qui importe avant tout,

c'est d'entrer en nous-même

pour y rester seul avec Dieu.

 

Sainte Thérèse d’Avila

 

 

En octobre vous pourrez vivre à Béthanie :

 

S’accorder au rythme des saisons

Session de semi-jeûne (jus de fruits et de légumes dilués) avec pratique du do-in, de la méditation silencieuse, de la psalmodie, de la marche et de la « découverte sensorielle » sur les sentiers des environs. Exposés accompagnateurs. Soirée partage avec chants, poésies, musique et sketches au gré des désirs de chacun (à prévoir avant la session !). Une préparation alimentaire est nécessaire : des propositions à cette fin vous seront envoyées quelques jours avant la session.

Du mercredi 19 (19 h) au dimanche 23 octobre 2022 (14 h)

 

Prière de Jésus – Prière du cœur :

à la source de la méditation chrétienne

Perle précieuse de la Tradition hésychaste, transmise depuis les apôtres jusqu’à nos jours par les Pères du désert et les moines du mont Athos, la prière de Jésus est une voie royale pour aller vers la prière du cœur. Elle est un chemin de sanctification et de transfiguration de notre quotidien et nous ouvre au mystère de la Présence de Dieu en nous et en toutes créatures. Nous découvrirons ses sources historiques, sa signification spirituelle, les conditions de son épanouissement et surtout nous la mettrons en pratique.

Du vendredi 28 (9 h) au lundi 31 octobre 2022 (14h30)

 

Atelier d’icônes

 

Cet atelier se veut une approche de l’icône par sa réalisation. Le mystère de l’icône n’est autre que celui du Christ lui-même : « Qui me voit, voit le Père ». Qui voit l’icône est mis en présence de celui, de celle ou de ce qu’elle représente. Celui qui peint une icône, dans la prière, à travers lignes et couleurs, se rend participant, acteur et témoin de cette épiphanie. Il n’est pas demandé de compétences particulières en matière de dessin ou de peinture, seulement des qualités telles que la patience et la persévérance.

Du vendredi 28 (9 h 30) au lundi 31 octobre 2022 (16h30)

 

Pour être tenu au courant de nos activités et recevoir la lettre de Béthanie gratuitement chaque mois par internet, envoyez votre e-mail à contact@centre-bethanie.org et si vous ne disposez pas d’internet nous vous enverrons la lettre par courrier mais pour ce faire, merci de nous adresser des enveloppes timbrées libellées à votre adresse.

 

BETHANIE, Prieuré Notre-Dame et St-Thiébault, 57680 GORZE

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article