Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Vidéos

Publié par Centre Béthanie

Mars 2022

Lettre mensuelle de Béthanie N°187

Karlfried Graf Dürckheim

               

 

                                Chers amis, 

     La méditation consiste avant tout à ne rien faire, tout en étant présent à soi-même, vigilant, intensément éveillé. Dans la méditation, il n'y a rien à produire, il y a à découvrir. L'être humain est en général, capable plus ou moins d'immobilité physique, mais il faut bien le dire, incapable très souvent d'immobilité mentale.

     Etant donné la puissance à certains moments de cette agitation intérieure, il est proposé des supports, des points d'appui pour orienter l'attention. Ces points d'appui se trouvent essentiellement en nous : ce sont les sensations corporelles. L'exercice de base consiste à fixer l'attention sur la sensation globale du corps, pour peu à peu entrer dans la détente profonde. Cette perception induit un état intérieur plus calme et plus stable. Méfiez-vous des méditations dualistes sur un objet autre que vous-même, mais même sur vous-même, il y a « moi » et un « objet » intérieur qui s'appelle une sensation... Il subsiste donc une dualité. Le processus d'unification demande de « l'endurance » pour « attendre sans rien attendre » qu'émerge cette conscience du « Un ».

     Cette expérience est un don, une grâce, qui peut devenir de plus en plus fréquente, même si bien souvent elle demeure exceptionnelle et ne s'expérimente que sous forme de « touches » plus ou moins ressenties par le méditant. Comme le disait avec humour Lanza del Vasto : « Quand Cela arrive, loupez pas ça ! »  Il est vrai que l'on peut être touché par l'Être... et être absent...

     Après sa résurrection, le Christ invite ses disciples à Le toucher : « Palpez-moi et rendez-vous compte qu'un esprit n'a ni chair ni os, comme vous voyez que j'en ai. » Luc 24,39. Ce toucher de l'Être est un cadeau qui vient comme un encouragement subtil et discret : « Courage » dit le Christ à ses disciples, « J'ai vaincu le monde. » Jean 16,33.

     La forme la plus juste de la méditation serait de rechercher simplement l'immobilité et le silence intérieur, les deux étant étroitement liés... La méditation enseignée par Graf Dürckheim, c'est avant tout la posture très rigoureusement assumée. On retrouve cette exigence de la « tenue » dans la posture fondamentale de préparation dans les arts martiaux. Je pense ici tout spécialement à la « garde » dans la pratique du sabre japonais (le kendo). Ne dit-on pas dans le zen que Ken = Zen... Être dans la position du témoin... prêt à l'action ! Le reste ne nous appartient pas.

     Un grand obstacle à la pratique est notre paresse et lorsque nous arrivons à notre lieu de méditation, l'obstacle suivant est l'incroyable flux de pensées qui nous envahit, « comme des singes ivres » dit-on dans le zen. Le combat consiste alors à ne pas combattre ! Accueillir complètement les distractions au lieu de les considérer comme des ennemis. Là où je peux agir, c'est au niveau du corps ! Plonger encore et encore dans la sensation... jusqu'à la « sensation du divin ! » comme l'affirme certains Pères de l'église dont saint Jean Damascène.

     La véritable tragédie en ce monde ne serait-elle pas le mental dans sa folie ? La plongée dans la sensation a pour effet de calmer le mental (le menteur !) et de me ramener ici et maintenant, dans l'énergie libératrice le l'Instant présent qui est hors du temps.

     Il est donc essentiel durant ce temps de carême, appelé « printemps de l'âme », de s'exercer encore et encore, sans « but ni esprit de profit » à cette présence immobile et silencieuse où la seule chose nécessaire est de « laisser être », c'est à dire de « laisser respirer ». 

     Être là, et « présider à la Vie » comme il est dit dans le Tao.

                            Avec toute mon affection en Christ !

                                                              Père Francis
 

Texte à méditer

L'attitude de l'homme est le signe de combien il est engagé dans sa profondeur. L'extérieur doit devenir l'expression de l'intérieur. C'est l'être intérieur qui nous cherche. Il faut le laisser nous trouver. C'est notre seul "faire". Les mouvements du corps représentent l'expression d'expériences profondes.

 Karlfried Graf Dürckheim

Prière

Que Dieu nous bénisse et nous rende mal à l’aise face aux réponses trop faciles, aux demi-vérités, aux relations superficielles, afin que nous vivions dans la profondeur de notre cœur.

Que Dieu nous bénisse et nous donne la colère face à l’injustice, l’oppression et l’exploitation des autres, afin que nous œuvrions en faveur de la justice, de l’égalité et de la paix.

Que Dieu nous bénisse et nous donne des larmes à verser pour ceux qui subissent la souffrance, le rejet, la faim et la guerre, afin que nous étendions la main pour les soulager et changer leur souffrance en joie.

Et que Dieu nous bénisse en nous rendant assez fous pour croire que nous pouvons influencer le cours des événements et faire des choses qui, de l’avis des autres, sont impossibles à faire.  Amen.

Mgr Munib Younan,

Président de l’Eglise évangélique luthérienne 

de Jordanie et de Terre Sainte 

Proposition de prière pour la paix

à partir du psautier thérapeutique de St Arsène de Cappadoce

Afin que Dieu nous prenne en pitié quand à cause de nos péchés adviennent des guerres continuelles : Ps 132

 Afin que Dieu éclaire les peuples pour qu’ils se réconcilient et que les hommes fassent la paix : Ps 133 

 Pour que Dieu protège les réfugiés quand ils abandonnent leurs maisons et fuient devant les barbares afin de sauver leur vie : Ps 136

En mars-avril

vous pourrez vivre à Béthanie :

Atelier avec Iégor Reznikoff

Travail sur la résonance sonore dans le corps :

Perception fine des vibrations, conscience sonore approfondie, écoute et émission des sons harmoniques, intonation naturelle. Sur cette base, on entreprendra deux ou trois chants du répertoire contemplatif antique qui sont aussi des prières. Ce cours donne les fondements profonds du chant sacré et liturgique mais aussi les bases de la thérapie par le son. Il est ouvert à ceux qui n’ont jamais chanté, comme aux professionnels.

Du samedi 19 mars (9h) au dimanche 20 mars 2022 (16h30)      

Danser et méditer

Expérimenter l’immobilité dans le mouvement et le mouvement dans l’immobilité. La méditation silencieuse nous ancre dans le mouvement vital et la danse s’origine dans le centre immobile d’où naît ce mouvement. Qu’est-ce qui se meut en moi ? En méditant et dansant, nous expérimenterons deux pratiques complémentaires qui nous ouvrent à la Présence. (stage ouvert à tous.)

Du 19 mars (9h30) au 20 mars 2022 (16h30)     

Rencontre avec Jacqueline Kelen

Se souvenir de l’inoubliable

La mémoire ne se rapporte pas seulement à des évènements temporels ou personnels, mais à une Réalité divine qui précède et dépasse l’histoire du monde. Platon, saint Augustin, Proust se sont interrogés sur le temps, la mémoire, l’oubli, la réminiscence. Et la Bible tout entière exhorte chacun à se souvenir de Dieu, de son Alliance, de son Amour.

Du samedi 30 avril (9h) au dimanche 1er mai 2022 (17h)          

Semaine sainte et nuit Pascale

De l’onction à Béthanie (mercredi saint) au matin de Pâques, nous mettons nos pas dans ceux de Jésus pour Le suivre à travers sa passion et sa mort jusqu’à sa résurrection. Jours de jeûne et de silence.

Du mercredi 13 (18h) au dimanche 17 avril 2022 (14h)

Pour être tenu au courant de nos activités et recevoir la lettre de Béthanie gratuitement chaque mois par internet, envoyez votre e-mail à contact@centre-bethanie.org et si vous ne disposez pas d’internet nous vous enverrons la lettre par courrier mais pour ce faire, merci de nous adresser des enveloppes timbrées libellées à votre adresse.

BETHANIE, Prieuré Notre-Dame et St-Thiébault, 57680 GORZE

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :