Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Vidéos

Publié par Centre Béthanie

Chers amis,

 

« FILS DE L'INSTANT » J'ai trouvé cette expression dans le monde de la tradition soufie. Cela indique à coup sûr que ceux-ci se situent dans le présent de Dieu sans s'occuper ni d'hier, ni de demain, et ce présent n'est autre que la « résonance » de l'unité de la vie ici et maintenant.

Si le soufi est bien « le fils de l'instant », il doit par la même, précise la tradition, être « fils de l'événement », c'est à dire qu'il doit adhérer totalement à ce qui est et sauvegarder à la fois l'âme individuelle ( sa propre présence) et l'Âme universelle ( la présence à la création en apparence extérieure à lui).

De nos jours, la « filiation » dans et par l'Instant présent nous est de plus en plus étrangère. L'homme ne contemple plus ou trop peu, il vit submergé sous un flot d'informations sans structures. Il pense trop et mal et tourne en rond dans le labyrinthe du mental. L'homme attend de l'avenir une solution à la détresse du présent. Il se projette plus tard et ailleurs. «  Si tu ne trouves pas la vérité à l'endroit où tu es, où espères-tu la trouver ? »  demande maître Dögen.

A l'endroit où je suis maintenant : qui est là ? Qui suis-je à l'instant ? A travers tous mes personnages...qui demeure ? Demeure le « fils de l'instant ! »  « Fils » veut dire que je suis engendré par CE moment, et en fait, rien d'autre que CE moment ne peut m'engendrer à la vie. D'où l'importance, dans toutes les traditions, de la vigilance, laquelle est proportionnelle à la détente, possible grâce à la présence au corps.

« Le Seigneur m'a dit : tu es mon fils ; aujourd'hui je t'engendre. » (Texte du chant d'introduction de la messe de la nuit de Noël.) Aujourd'hui... Présent absolu ! L'art d'être dans l'instant présent est un engendrement à la Vie. C'est le « passage » ( Pâques ) ; la voie « étroite et resserrée » dont parle le Christ, et peu nombreux ceux qui la trouve ajoute-t'Il. ( Surtout dans un monde où la « distraction » est érigée en système de survie ! ) En fait, l'homme est ce qu'il est, et dans le christianisme, son programme est de « rendre grâce en tous temps et en tous lieux ». Cette vocation est inscrite en nous. Pourtant l'homme reste libre de dire « non » à cette vocation, d'étouffer sans cesse cette énergie de joie qui l'habite dès qu'il loue et rend grâce.

Nous sommes créés à l'image de Dieu qui « insuffle » en nous Son haleine de vie, Son haleine de joie. «  Adonaï Elohim forme le glébeux - Adâm, poussière de la glèbe - Adama. Il insuffle en ses narines haleine de vie : et c'est le glébeux, un être vivant. » Génèse 2;7 (Traduction André Chouraqui.) Dieu insuffle Son souffle. Ce Souffle c'est l'Esprit de Dieu, Son image et le glébeux devient un être vivant, c'est à dire capable d'entrer en relation avec Dieu par son esprit (ou être essentiel suivant la terminologie de Durckheim.)

Etre vivant dans ce sens, c'est accomplir la vocation qui est la nôtre, de devenir Dieu par grâce. C'est la grande thématique de la déification dans notre tradition, elle est au cœur de notre spiritualité. Être vivant est un mouvement et une métamorphose... « une transformation en présence de Dieu » suivant l'expression bénédictine qui décrit la finalité de toute évolution spirituelle.

L'homme est un animal, dont la vocation est d'accomplir le chemin de l'union du crée et de l'incréé, par la puissance d'amour reçue en ses narines d'Adonaï Elohim....Ce Souffle, nous engendre à notre vocation à chaque instant. C'est véritablement donc devenir « fils de Dieu » ou « fils de l'Instant », seul moment ou peut se faire la rencontre. Comme nous l'avons déjà signalé, la vigilance est proportionnelle à la détente corporelle et point de détente sans immersion dans la sensation corporelle...

C'est dire l'importance de la perception, qu'elle soit sensitive, auditive, visuelle, la voie qui mène à Dieu s'ouvre par la perception et non par la pensée discursive. Dieu est présent mais nos sens sont absents...  « Ils ont des yeux mais ils ne voient pas, des oreilles et ils n'entendent pas... » dit Jésus. Une des portes d'accès vers le royaume des cieux, qu'il faut d'abord chercher dit Jésus, c'est le corps.

Cependant, notre corps et notre âme sont inséparables. « Le corps sans l'âme ne peut rien réaliser » dit Nicolas Stethatos. « Le corps a besoin de l'âme pour vivre et se mouvoir, tandis que l'âme a besoin du corps pour se manifester, s'exprimer et agir sur le monde extérieur. » ajoute saint Grégoire de Nysse. C'est donc « corps, âme et esprit », c'est à dire de « tout son cœur », que l'homme accomplit son chemin de vie et se relie à Dieu, à lui-même, aux autres et à toute la création. La manière d'être là dans le corps affirme ou non le lien vivant qui me relie à Dieu et à la profondeur mystérieuse de Sa présence en moi. Dieu s'incarne en nous de manière unique et irremplaçable. La personne que nous sommes en Dieu est irréductible. Elle contient toute la nature créée de manière unique et lui donne toute son envergure et son déploiement. C'est une œuvre de beauté, qu'on appelle la gloire divine, et cette œuvre c'est nous !

Nous sommes donc une création incomparable, appelée à la communion avec d'autres personnes incomparables dans l'unité de notre nature humaine restaurée par le Christ. C'est l'union des personnes uniques, dans une seule nature, à l'image de la divine Trinité. « Bénie soit la sainte Trinité, l'indivisible unité, éternelle, immortelle, invisible, à laquelle soit honneur et gloire aux siècles des siècles. Amen. » C'est ainsi que débute la liturgie orthodoxe. C'est dans cette bénédiction que tout prend sens et que notre vie se déploie.

Avec toute mon affection en Christ !

Père Francis

 

Prière

Mon Dieu,

donne-moi un cœur pour t'aimer

et des yeux pour te voir;

donne-moi des oreilles pour entendre ta voix

et des lèvres pour parler de toi.

Donne-moi le goût pour t'apprécier,

l'odorat pour sentir ton parfum;

donne-moi des mains pour te toucher

et des pieds pour te suivre.

Sur la terre et dans le ciel

je ne désire que toi, mon Dieu !

Tu es mon seul désir, ma consolation,

la fin de toutes angoisses et souffrances.

 

Saint Tikhon de Zadonsk (1724-1783)

 

Texte à méditer

C’est dans l’union à l’instant présent que tout se joue. Cette union est une alliance entre Dieu et l’homme, le lieu où l’homme s’accorde de nouveau à Dieu, au sens étymologique du mot accorder : « ad cor », l’union des cœurs, et au sens très fort d’ « être accordé », être dans la même résonance, la même vibration créatrice. L’homme vigilant épouse le mouvement créateur, il est en accord parfait avec la volonté de Dieu qui s’exprime dans l’instant où il redécouvre ainsi le sens du temps paradisiaque tel que Dieu l’a créé pour Adam : le temps était une splendeur, celui de la fête perpétuelle où Dieu était présent à l’homme et réciproquement, émerveillés l’un de l’autre, c’était le temps du miracle permanent des épousailles et de l’amitié entre l’homme et Dieu. Voilà la vraie tonalité de l’instant, sa résonance profonde ; celui qui entre dans cet accord-là trouve la vraie vibration de la Vie et du Vivant qui transforment notre existence, parfois en enfer, en fête, musique et danse…

Alphonse et Rachel Goettmann

 

En juillet vous pourrez vivre à Béthanie :

       

Approfondissement de la méditation

Selon l’enseignement reçu de Karlfried Graf  Dürckheim

Cette session est proposée à tous ceux qui ont déjà une expérience de la méditation. Elle permettra d’expérimenter une pratique plus intensive et plus profonde : peu à peu les perturbations émotionnelles s’apaisent et laissent émerger le « clair silence », prémices de l’éveil et du don de la grâce contemplative. La pratique méditative sera entrecoupée d’exercices corporels, de marches conscientes et par des temps d’enseignement.

Du dimanche 11 (19h) au vendredi 16 juillet 2021 (16h30)     

Le symbolisme du corps humain

Selon l’enseignement d’Annick de Souzenelle

Lire le corps à l’image de l’Arbre des Sefirot ! Le corps a un langage et il est en soi un langage. Apprendre à lire le corps, c’est être attentif à son dessin, savoir décrypter les formes du labyrinthe anatomique ; c’est aussi entendre ce que nous disent les grands mythes de l’humanité sur la nature et la fonction subtile de chacun des organes. Écouter et entendre le message du corps pour atteindre à notre vraie stature qui est divine ! Aux temps d’enseignement succéderont des temps de méditation et de calligraphie. Le matériel de calligraphie sera mis à votre disposition. Aucune connaissance préalable de l’hébreu n’est requise.

Du samedi 24 (9h) au dimanche 25 juillet 2021 (16h30)     

Chant liturgique : « Mon bonheur c’est d’adhérer à Dieu, d’ancrer mon espérance dans le Seigneur, et de chanter Sa louange aux portes de la fille de Sion » (Ps 73.28).

Le chant est inné à l’homme mais l’homme s’ingénue à le contrarier voire le détruire. Nous avons donc à retrouver le chemin du souffle, l’écoute des voyelles et des harmoniques, et libérer les tensions pour redevenir un instrument chantant pour la gloire de Dieu. Le chant liturgique dépose alors en nous la graine du Verbe divin, il nous saisit tout entier et culmine dans le silence ou rien d’autre n’existe que la Présence. Nous alternerons des exercices d’éveil de la voix, l’apprentissage du chant des psaumes et des hymnes, et quelques conférences pour éclairer la pratique du chant. Stage ouvert à tous.

   Du vendredi 23 (9h) au dimanche 25 juillet 2021 (16h30)

 

BETHANIE, Prieuré Notre-Dame et St-Thiébault, 57680 GORZE

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
C
Merci pour cette lettre sur l'Instant... Magnificat. Que Dieu bénisse vos oeuvres et qu'Il en soit ainsi.
Merci de m'envoyer votre lettre sur mon email. Catherine Tihon
Répondre