Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Vidéos

Publié par Centre Béthanie

Un an déjà et Fête de la Toussaint

L'assemblée générale de la paroisse ayant été reportée sine die pour cause de confinement il n'a pas été possible de projeter la petite vidéo qui m'avait été demandée pour illustrer les moments forts de l'année qui vient de s'écouler.

Mais internet me permet néanmoins de vous la partager sans attendre. Il manque certains évènements pour lesquels je n'ai pas de photos ou de vidéo (le stage de chant liturgique de novembre 2019, la réunion des servantes et des serviteurs de décembre 2019, le stage des lecteurs de juillet 2020 et quelques autres).

Bon visionnage

Marc

Pour celles et ceux qui n'ont pas pu assister à une messe de Toussaint voici une méditation sur la fête.

 

Chères sœurs, Chers frères,

Avec des hymnes et des chants nous fêtons aujourd'hui joyeusement tous les saints de l’Eglise.

Mais qu'est-ce qu'un  saint? Qu'est-ce  que la sainteté? En quoi sommes-nous concernés personnellement ?

Louez Dieu  dans ses saints ! dit le Psaume[1]

Ce simple verset nous révèle que le saint est celui en qui Dieu est présent.

A l'élévation des saints dons le célébrant proclame « Les saints dons aux saints» et l'assemblée répond« Un seul est Saint, un seul est Seigneur Jésus-Christ, à la gloire de Dieu le Père». Dieu donc est le seul saint, il est la source de la sainteté. « Vous serez saints, car je suis saint, moi le Seigneur votre Dieu »[2] est-il écrit dans le Lévitique.

Et cette sainteté est transmise par le Christ à l'homme.« Et moi, la gloire que tu m'as  donnée, je la leur ai donnée pour qu'ils soient un comme nous sommes un, moi en eux et toi en moi »[3]

La sainteté est don de Dieu et nous savons depuis la descente de l'Esprit  sur les apôtres à la Pentecôte que c'est  par l'Esprit  Saint que nous participons à la Gloire de Dieu. Au baptême, nous chrétiens, avons été plongés dans l'eau purificatrice et le feu de l’Esprit nous a revêtu du Christ. C'est  pourquoi nous étions appelés saints, saneti, dans les, premiers siècles du christianisme.

La sainteté, c'est la participation  à la vie divine et la communion eucharistique en est le moment privilégié. Mais tout instant de la vie doit aussi être une communion à Dieu par une « adhésion » au Christ qui nous donne la vie éternelle. Le saint c'est  celui qui possède le Christ et qui peut dire avec Saint Paul, « Ce n'est  plus moi qui vis, c'est le Christ qui vit en moi ».

Et comment faire vivre le Christ en nous? Est-ce même envisageable pour la majorité d'entre  nous? Paul n'a-t-il  pas reçu de Dieu sur le chemin de Damas une grâce spéciale qui serait réservée à un petit nombre d'élus ? La sainteté ne serait-elle réservée qu'à  des êtres exceptionnels ?

Cette idée pourtant  largement répandue est marquée du sceau d'un raisonnement mortifère qui fait fi de l'amour de Dieu pour toute l'humanjté.

Nous sommes tous appelés à la sainteté c'est-à-dire au témoignage de la vie divine qui grandit, en nous. Dieu a un plan pour chacun de nous et nous avons à y coopérer dans la mesure qui est la nôtre, ni plus ni moins. Quelques-uns sont d'immenses vases d'or alors - que beaucoup sont de petites coupelles d'argile  mais que nous importe? Si Dieu les remplit à raz bord -de sa grâce nous serons tous comblés en plénitude.

Notre premier travail est, pour qu'il  puisse être rempli, de vider notre vase de ce qui l’encombre, de le nettoyer et de le rendre digne du trésor qui nous sera donné, d'en faire un temple, le saint des Saints.

Le vase c'est  notre corps, notre âme et notre esprit. Lâchons prise, détendons le corps, apaisonsl l'âme, orientons notre esprit sur la figure du Christ.

Ensuite occupons-nous du  but de la vie chrétienne qu·, nous le révèle Saint Séraphin de Sarov, « est l'acquisition du Saint-Esprit de Dieu». Car c'est par le Saint Esprit que le Christ vit en nous.

Et le Christ vit en nous quand nous prions.

« Priez sans cesse »[4]  exhorte Saint Paul. Ce que les priants orthodoxes ont mis en pratique avec la prière du cœur qui est chemin de sainteté «car nul ne peut dire Jésus est le Seigneur ! si ce n'est par le Saint Esprit. »[5]

Le Christ vit en nous quand nous lisons la Bible et qu'une parole, un verset nous interpelle et que nous la méditons dans notre cœur.

Le Christ vit en nous quand nous réalisons une des béatitudes du sermon sur la montagne. Point n'est  besoin de les réaliser toutes - c'est humainement impossible - mais écoutons en nous la volonté de Dieu pour choisir celle qui nous est destinée.

Il en est une que vous connaissez bien car elle fait partie des enseignements de Père Alphonse et Rachel : en toutes circonstances et particulièrement  dans l'épreuve,  réjouissez-vous, louez et bénissez le Seigneur ! Exultez, bondissez de joie !

Le Christ vit en moi quand l'autre  m'importe plus que moi-même.

Le Christ vit en moi quand j'offre, au Seigneur mes joies comme mes peines et mes douleurs.

Le Christ vit en moi quand je jeûne, quand je pardonne à ceux qui m'ont offensé, quand je pleure sur mes fautes et mes manquements.

Une petite histoire des Pères du désert illustre comment la pratique d'une seule vertu peut conduire à la sainteté.

Un moine qui n'avait pas brillé aux yeux de ses frères par ses exploits ascétiques et qui même était connu pour une certaine paresse attend la mort entouré par sa communauté. En rendant l'esprit, son visage s'illumine et il dit dans un souffle « Voici que vient à ma rencontre le Seigneur accompagné de la Toute Sainte».

Le soir, le père abbé prie le Seigneur de lui révéler comment un moine si peu assidu aux exercices spirituels a eu l'honneur d'être reçu dans Son royaume à l’égal des grands saints. La réponse l’édifia : « Ce moine n'a jamais jugé personne».

Oui nous sommes tous appelés à être saint, et il est de notre responsabilité de répondre à cet appel car la sainteté nous sauve et sauve le monde. La participation  à la vie du Christ nous transforme, nous met à part, nous sépare du monde ; nous sommes dans le monde sans être du monde, nous sommes comme le levain dans la pâte et à travers nous la grâce de Dieu se répand même à notre insu dans la pâte humaine et la divinise.

Nous ne sommes pas seuls sur ce difficile chemin de la sainteté. Les saints que l'Eglise  propose chaque jour à notre vénération sont des modèles dont la vie méditée et intériorisée nous donne des clés pour notre propre vie spirituelle car il y a autant de voies de sanctification qu'il  y a de saints. Lisons ou relisons chaque jour la vie d'un  saint pour fortifier notre âme.

Plus encore, les saints que Dieu a révélés au monde sont nos compagnons de route. Ils veillent sur nous avec notre ange gardien et la Mère de Dieu. Ils sont vivants de la vie du Christ et sont présents à la liturgie comme dans notre vie en communion d'amour  dans l'Esprit Saint. Nous les vénérons et les baisons avec respect à travers leurs reliques et leur icône et parfois ils nous font l'honneur de se révéler à nous par de suaves parfums ou d'étonnants  clins d'œil.

Moi-même ainsi que mon épouse Sophie en avons fait comme beaucoup ici l’expérience, et ces saints se sont révélés à nous à des moments spirituellement  importants de notre vie.

Ce n'est  pas nous qui choisissons les saints qui nous accompagnent  ce sont eux qui s'imposent à nous dès que nous sommes dans la disposition de les accueillir. Si vous n'avez pas de relation particulière avec un saint n'hésitez pas à demander à Dieu dans vos prières de vous en envoyer un. Il ne se passera pas longtemps que l'un  d'eux entre dans votre vie et devienne l’ami spirituel dont vous avez besoin.

Concluons avec Saint Basile de Césarée[6] qui en quelques phrases fait une brillante synthèse sur la sainteté en Christ et la communion des saints :

«Illuminant ceux qui sont purifiés de toute souillure, l'Esprit Saint les rend spirituels par le commerce qu'ils ont avec lui. De même que les corps brillants et transparents, quand un rayon de soleil vient à tomber sur eux, deviennent éclatants et répandent eux-mêmes une grande clarté ; de même, les âmes qui reçoivent l'Esprit-Saint et sont illuminées par lui deviennent elles-mêmes spirituelles et font rejaillir la grâce sur les autres. Par-là, elles ont la prescience de l'avenir, l'intelligence des mystères ; par-là, elles comprennent les choses cachées, elles ont part à la distribution des grâces, elles habitent la cité céleste et elles forment un chœur avec les anges ; et par là encore elles goûtent une joie qui n'a pas de fin, elles demeurent en Dieu, elles lui deviennent semblables et, ce qui comble leurs désirs, elles deviennent Dieu même. »

A lui soit l’Honneur, la Puissance et la Gloire aux siècles des siècles, Amen.

 

[1] Ps 150, 1

[2] Lev 19,2

[3] Jn 17, 22 à 23

[4] 1Th 5, 17

[5] 1Co12,3

[6] Traité de l'Esprit Saint dans les Ennéades de Plotin

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article