Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Vidéos

Publié par Centre Béthanie

La Lettre de Béthanie N°174

Chers amis,
 

Durant ce mois d'octobre, nous fêtons une grande sainte qui a joué un rôle important dans la création de Béthanie. Je veux parler de sainte Thérèse d'Avila. Certes, elle n'est pas cataloguée « orthodoxe », mais la sainteté dépasse les catégories ecclésiales. Le véritable œcuménisme n'est-il pas celui des saints ?  Elle est la grande réformatrice de la tradition du Carmel.

Elle a retrouvé la tradition des pères du désert et cette tradition unit l'occident et l'orient, le premier et le second testament. Tout repose en fait chez sainte Thérèse sur un seul mot : Amour. Elle s'est entièrement donnée à « Sa Majesté », c'est ainsi qu'elle parlait de Dieu, et elle a redonné le sens de la véritable prière, cette intimité avec son Seigneur.

Dans le souffle et la vigilance, assise sur un petit banc, elle retrouve un art de méditer avec son corps, ré-enracinée dans la terre, du fait de la posture même. « Méditer, disait sainte Thérèse, c'est réunir Marthe et Marie en un seul être, et que l'amour soit partout présent et pas seulement dans le temps de Marie, mais aussi dans le temps de Marthe. »

Tout cela pour dire que l'amour est une pratique permanente et que celui qui s'exerce à aimer est un pratiquant.  La valeur de nos actes ne se mesure pas à leur rendement ou à leur efficacité seulement, mais la valeur se mesure à l'amour qu'ils contiennent. Nous serons jugés seulement sur l'amour, et le jugement : c'est la croix, l'amour inconditionnel, l'Agapè.

A travers tout donc, il n'y a qu'une direction à tenir : aimer, c 'est à dire être présent, adhérer à la vie à l'instant. Accueillir cette vie, la mienne, ici et maintenant : « à bras le corps » comme le répétait souvent le père Alphonse. Quelle est la Vie de ta vie dans cette vie qui se déroule du matin au soir ? Comment mettre de « l'être » dans le « faire » ?

L'amour n'est pas seulement un sentiment, un trémolo au cœur. L'amour est une énergie qui se manifeste dans une qualité de présence...une attention bienveillante ! Dans la présence et le geste conscient, je célèbre une Présence qui m'habite et qui se révèle à moi essentiellement dans « un murmure subtil et doux », comme nous le précisent les écritures saintes : Silence, Paix, Joie qui ne sont pas de ce monde et qui se révèlent à celui qui s'ouvre à la Vie de sa vie.

Alors, nous dit sainte Thérèse, dans cette « intention » profonde, cette orientation de notre volonté unit à la volonté du Père qui habite dans tout mon être, je puis commencer à accepter ce qui arrive dans ma vie existentielle comme faisant partie du plan divin auquel je suis associé avec toute la création qui comme moi bien souvent « gémit » dans l'attente de La rencontre avec son Seigneur.

Cette rencontre, est-il besoin de le préciser, peut se faire et devrait se faire « ici et maintenant » C'est l'expérience du « numineux », expérience qui peut se faire au cœur de la nature (qui est une deuxième Bible disent les Pères.), dans la rencontre amoureuse également, puisqu'on peut aimer « à perdre la raison » (comme le dit si bien le poète Aragon), dans l'expression artistique ou encore dans la participation à un rituel sacré comme la liturgie.

Si je m'exerce à recevoir de plus en plus toute chose comme venant de l'Amour, et même les plus inattendues, alors peut naître en moi ce désir de laisser monter du fond de mon cœur cette prière de sainte Thérèse : « A tout, je dis oui ! » L'exercice du « oui », du « amen » à la volonté de Dieu, s'exprime aussi bien quand je suis Marthe que lorsque je suis Marie. Il n'y a pas de moments particuliers pour s'exercer, car la pratique, c'est « l'intensité de la vigilance permanente. » A chaque instant, je suis « en travail » !

Il ne s'agit pas de résignation, comme on pourrait quelquefois le penser, mais bien au contraire d'une synergie d'action qui est, comme dit saint Paul : « Le bon combat. » Cet engagement dans la bataille de la vigilance est rempli de souffrances, de déceptions et de chutes, (je cite ici Graf Dürckheim), mais il est aussi rempli de victoires, si petites soient-elles, et qui à chaque instant peuvent nous remettre en selle, comme le boxeur assis sur son banc, et qui récupère entre deux rounds !

La vigilance, l'attention bienveillante, sont des activités à risque car elles nous obligent à sortir de notre zone de confort. Cette zone de confort s'appelle : « la vie ordinaire » où tout est aplati sur l'horizontalité existentielle. « Nos inquiétudes, nos souffrances, viennent de ce que nous ne nous comprenons plus nous-même » dit Thérèse : Nous ne savons plus qui nous sommes, et pourquoi nous sommes là. « Oh, Seigneur ! Prenez en compte tout ce que nous endurons sur ce chemin, par manque de connaissance ! » ajoute-t-elle.

La connaissance, dont il est question ici, n'est pas le savoir, mais une communion qui se réalise dans le silence de l'oraison, silence de l'esprit en nous, le noûs, même si, au demeurant, notre âme est agitée par de multiples pensées et émotions en tout genre. « De même que nous ne pouvons pas arrêter le mouvement du ciel qui file à toute allure », dit Thérèse, « nous ne pouvons pas davantage fixer notre pensée ... nous nous croyons perdues et pensons mal employer le temps que nous passons en présence de Dieu.

Or, peut-être que l'esprit est tout uni à Lui, présent dans les demeures toutes proches, tandis que notre pensée, restée aux abords du château, souffre au milieu de mille bêtes féroces et venimeuses, et progresse grâce à ce qu'elle endure. Voilà qui ne doit pas nous troubler, ni nous inciter à abandonner car c'est ce à quoi nous pousse le démon. La plupart du temps, toutes nos inquiétudes et nos peines viennent de ce que nous ne nous comprenons pas nous-même. » Le Château intérieur, quatrièmes demeures.

La première « invitation » ou le premier appel lancé par Dieu à l'homme concerne l'écoute : « Shema Israël. » ... Entends Israël ! ... La perception précède la compréhension. Je ne peux pas comprendre qui je suis, je ne peux que le sentir ! Le grand drame de notre monde est que l'homme devient de plus en plus sourd et aveugle à tout ce qui ne tombe pas sous ses sens ordinaires. Ses facultés de compréhension de la vie intérieure sont mises à mal par le surdéveloppement de l'intelligence rationnelle.

Il en résulte une sorte de durcissement du point de vue profane, on dirait aujourd'hui un « formatage », et un éloignement des évidences spirituelles intérieures. Notre conscience profonde, essentielle, est en veilleuse. Elle étouffe dans la dispersion généralisée de notre société de consommation. Consommer pour maintenir la croissance n'est pas un but dans la vie particulièrement exaltant !

Béatitude ! Royauté ! Gloire ! Voilà ce à quoi nous sommes invités dans la vie en Christ. Béatitude dans la jouissance de Sa présence, Royauté dans l'intégrité de l'homme uni à Dieu et Gloire dans le rayonnement de Sa présence en tout temps et en tout lieu. La conquête de cette triade nécessite de mener « le bon combat ». Le projet de Dieu, c'est l'homme accompli.

Chasteté ! Obéissance ! Pauvreté !… trois vertus d'abnégation qui rétablissent l'équilibre spirituel dans le cœur de l'homme… A première vue, ça ne motive pas vraiment ! Notre égo bien aimé recherche avant tout l'immédiateté de la jouissance, de la possession et de la puissance !

La première attitude est de se placer en silence face à Dieu, et de voir en vérité où nous en sommes, car c'est Lui qui nous guide et qui nous éclaire.

Vous me direz sans doute, que vous ne pouvez pas passer votre journée en silence face à Dieu ! Vous avez tout à fait raison : il y a Marthe et Marie...

Sainte Thérèse le précise avec force dans ses lettres : « Point n'est besoin de beaucoup de temps au début : », mais ces quelques minutes (disons cinq minutes pour le débutant ! ) , si elles sont prises au sérieux, comme les cinq minutes essentielles de ma journée, peuvent mettre le feu aux épines qui étouffent notre cœur. Une étincelle suffit pour « allumer le feu ! ».....

 

                                Je vous dis toute mon amitié en Christ !

 

Père Francis

 

Prière

« Que rien ne te trouble, que rien ne t'épouvante, tout passe, Dieu ne change pas, la patience obtient tout ; celui qui possède Dieu ne manque de rien : Dieu seul suffit. Elève ta pensée, monte au ciel, ne t'angoisse de rien, que rien ne te trouble. Suis Jésus Christ d'un grand cœur, et quoi qu'il arrive, que rien ne t'épouvante. Tu vois la gloire du monde ? C’est une vaine gloire ; il n'a rien de stable, tout passe. Aspire au céleste, qui dure toujours ; fidèle et riche en promesses, Dieu ne change pas. Aime-Le comme Il le mérite, Bonté immense ; mais il n'y a pas d'amour de qualité sans la patience. Que confiance et foi vive maintiennent l'âme, celui qui croit et espère obtient tout. Même s'il se voit assailli par l'enfer, il déjouera ses faveurs, celui qui possède Dieu. Même si lui viennent abandons, croix, malheurs, si Dieu est son trésor, il ne manque de rien. Allez-vous-en donc, biens du monde ; allez-vous-en, vains bonheurs : même si l'on vient à tout perdre, Dieu seul suffit. Amen. »    

Sainte Thérèse d’Avila (1515-1582)

 

Texte à méditer

Nous pouvons par la pensée nous mettre en présence du Christ, nous embraser peu à peu du plus grand amour pour sa Sainte Humanité, lui tenir toujours compagnie, lui parler, lui recommander nos besoins, nous plaindre à lui dans nos peines, nous réjouir avec lui dans les consolations, nous garder de l'oublier dans la prospérité.

Ne cherchons point à lui faire de beaux discours. Parlons-lui simplement pour lui exprimer nos désirs et nos besoins. C'est là une méthode excellente et elle nous fait avancer en très peu de temps. Celui qui s'étudie à vivre dans cette précieuse compagnie, qui cherche à en retirer les plus grands avantages, et y puise un amour sincère pour ce Maître, auquel nous sommes redevables de tant de bienfaits, celui-là, je l'affirme, est avancé dans la voie de l'oraison.

Nous ne devons donc pas, comme je l'ai dit déjà, nous affliger si la dévotion sensible vient à nous manquer. Remercions plutôt le Seigneur qui, malgré les imperfections de nos œuvres, entretient en nous le désir de lui plaire. Cette méthode d'oraison, qui consiste à se tenir dans la compagnie du Sauveur, est un moyen très sûr pour faire des progrès.

Sainte Thérèse d’Avila, autobiographie

 

Nous partageons nos lectures…

Nos amis et intervenants à Béthanie, Jacqueline Kelen et Alain-Joseph Setton viennent de publier chacun un nouveau livre :

Pour Jacqueline Kelen, « Les compagnons de sainteté », livre qui conte de belles histoires entre l’homme et l’animal, puisées dans le christianisme, le judaïsme, l’islam, l’hindouisme et le bouddhisme. C’est aussi une véritable réflexion sur le lien mystérieux, profondément spirituel, qui peut unir les êtres humains et leurs frères animaux.

D’autre part, signalons que Jacqueline Kelen a été désignée lauréate 2020 du Prix de la liberté intérieure pour son livre « Histoire de celui qui dépensa tout et ne perdit rien ». Nous nous en réjouissons et la félicitons ! Les deux livres sont publiés aux éditions du Cerf.

Pour Alain-Joseph Setton, « L'accompagnement psycho-spirituel: apprendre à soigner l'âme » qui se présente comme un éventail de réflexions, d'exercices et d'études de cas présentant la prise en charge psycho-spirituelle, cela avec des méthodes et des outils pour associer une dimension spirituelle d'origine biblique à sa pratique psychologique. Dans son avant-propos, Alain-Joseph témoigne de l’importance dans son parcours personnel de sa rencontre avec père Alphonse et Béthanie. Ce livre est publié aux éditions InterEditions.

 

En octobre et novembre 2020

vous pourrez vivre à Béthanie

                                          

• Rencontre avec Marguerite KARDOS :

L’éternel devenir, seule tâche à accomplir

Avons-nous une Tâche, un mandat céleste à accomplir ? Qu’en disent l’approche sumérienne et taoïste chinoise, et surtout Dialogues avec l’Ange ? D’où vient cette soif de Lumière impérieuse en nous, qui, à l’image du germe, emploie toutes ses forces pour traverser le sol dur ? Son mouvement ascensionnel scelle les Noces entre Fiancé et Fiancée, entre matière et Lumière, pour donner naissance à l’Enfant, force toute puissante, « futur éternel incommensurable ». Lectures de Dialogues avec l’Ange, méditations et échanges, exercices de Qi Gong rythmeront notre Week-End.

Du 24 octobre (9h) au 25 octobre 2020 (16h30)

• Approche pour la création d’une icône

Cet atelier se veut une approche de l’icône par sa réalisation. Le mystère de l’icône n’est autre que celui du Christ lui-même : « Qui me voit, voit le Père ». Qui voit l’icône est mis en présence de celui, de celle ou de ce qu’elle représente. Celui qui peint une icône, dans la prière, à travers lignes et couleurs, se rend participant, acteur et témoin de cette épiphanie. Il n’est pas demandé de compétences particulières en matière de dessin ou de peinture, seulement des qualités telles que la patience et la persévérance.

Du 29 octobre (9h30) au 1er novembre 2020 (16h30)

• Prière de Jésus – Prière du coeur :

À la source de la méditation chrétienne

Perle précieuse de la Tradition hésychaste, transmise depuis les apôtres jusqu’à nos jours par les Pères du désert et les moines du mont Athos, la prière de Jésus est une voie royale pour aller vers la prière du cœur. Elle est un chemin de sanctification et de transfiguration de notre quotidien et nous ouvre au mystère de la Présence de Dieu en nous et en toutes créatures. Nous découvrirons ses sources historiques, sa signification spirituelle, les conditions de son épanouissement et surtout nous la mettrons en pratique.

Du 8 novembre (9h) au 11 novembre 2020 (14h30)

• Le symbolisme du corps humain :

Selon l’enseignement d’Annick de Souzenelle

Lire le corps à l’image de l’Arbre des Sefirot ! Le corps a un langage et il est en soi un langage. Apprendre à lire le corps, c’est être attentif à son dessin, savoir décrypter les formes du labyrinthe anatomique ; c’est aussi entendre ce que nous disent les grands mythes de l’humanité sur la nature et la fonction subtile de chacun des organes. Écouter et entendre le message du corps pour atteindre à notre vraie stature qui est divine ! Aux temps d’enseignement succéderont des temps de méditation et de calligraphie. Le matériel de calligraphie sera mis à votre disposition. Aucune connaissance préalable de l’hébreu n’est requise.

Du 21 novembre (9h) au 22 novembre 2020 (16h30)

• MARIE, matrice pour une nouvelle naissance :

Retraite de l’Avent pour préparer Noël

En ce peuple dont est issue Marie, nous pouvons nous reconnaître dans notre histoire et notre espérance. Ainsi Marie peut-elle être notre guide car elle porte en elle tout le vécu d’Israël, depuis la désobéissance d’Ève et d’Adam jusqu’au jour béni où Dieu entendit la souffrance de son peuple. Alors, trouvant des entrailles totalement offertes à sa Présence, le Verbe put s’incarner. Pour entrer dans cette expérience nous ferons de la place à la prière, au jeûne et au silence, à la méditation des textes sacrés, au chant et au travail corporel.

Du 27 novembre (19h) au 29 novembre 2020 (16h30)

Pour être tenu au courant de nos activités et recevoir la lettre de Béthanie gratuitement chaque mois par internet, envoyez votre e-mail à contact@centre-bethanie.org.

Télécharger la lettre en cliquant ICI

 

BETHANIE, Prieuré Notre-Dame et St-Thiébault, 57680 GORZE

Commenter cet article