Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Vidéos

Publié par Centre Béthanie

La Lettre de Béthanie N° 165

Gorze, septembre 2019

 

Chers amis,

 

Nous avons célébré le 8 septembre la Nativité de Marie, la Mère de Dieu. Dans la formulation du nom de cette fête, remarquez combien chaque mot est important.

 

Le premier mot est celui de nativité. Marie est née, j’ai envie de dire, comme tout le monde, c’est-à-dire qu’elle est née comme tout le monde sous la loi du péché ancestral, celui qu’on appelle communément, mais à tort, le péché originel. En effet, il n’y a pas en fait de péché originel, car Dieu n’a créé ni à l’origine, ni dans le principe une créature pécheresse. Marie est donc née en portant sur ses épaules la même hérédité de l’exil paradisiaque que nous. Pourtant, et c’est là la grande différence entre elle et nous, elle n’a pas personnellement « actualisé » le péché, comme nous le faisons, hélas !

 

 L’hérédité de l’exil paradisiaque n’a pas eu d’emprise sur elle, car elle est restée concentrée sur sa volonté d’être dans l’écoute, dans l’obéissance à son Père, à son Créateur. On peut se poser la question : Pourquoi ? Il y a bien sûr d’abord sa liberté personnelle qu’elle a exercée, mais la réponse est aussi en grande partie dans la lignée dont elle est issue, car Marie est un rejeton de Jessé, elle est le fruit d’Israël.

 

Marie ne s’est pas faite toute seule. Si comme nous elle a un héritage, son héritage est largement un héritage de sainteté, aboutissement de ce désir du peuple élu, du peuple choisi par Dieu mais aussi du peuple qui a choisi Dieu à travers des siècles. Par Abraham, Isaac, Jacob, Joseph, David, Salomon..., ce peuple, cette lignée, cette cordée, a choisi d’être fidèle à YHWH, d’être à son écoute, d’être dans l’obéissance. Quand on lit la Bible, on se rend compte qu’il n’y avait pas que de la sainteté dans cette lignée, mais elle est tout de même le fil conducteur, la fidélité fondamentale.

 

Ce mot d’obéissance a vieilli, il est devenu quasi insupportable pour nous, dans notre civilisation occidentale. Mais c’est pourtant par là, par l’écoute, par l’obéissance intérieure que le retournement peut s’effectuer. Le peuple juif nous l’a montré très concrètement en Marie. Cette naissance est le fruit d’une juste tension dans l’écoute, dans l’obéissance de la part du peuple de Dieu, du peuple qu’il s’est choisi depuis le « dérapage » de la première Eve.

 

Marie n’a donc pas été placée au-dessus de l’histoire humaine par une volonté toute-puissante pour servir un dessein particulier de Dieu, une sorte de prédestination, mais elle a réalisé sa vocation unique dans la cordée des vocations uniques du peuple d’Israël. Et elle se situe dans la destinée commune des hommes cherchant à réaliser leur salut, cherchant à retrouver l’axe d’une relation droite avec Dieu dans cette écoute qui a tant manqué à Eve ou plutôt, qu’elle a si mal orientée.

 

Cette histoire de Marie concerne toute la création, toute l’humanité, et en même temps elle me concerne moi, aujourd’hui car elle est le prototype de l’attitude juste qui m’est proposée par mon Créateur pour revenir vers Lui. Je peux me poser la question à chaque instant, devant chaque attitude, devant chaque choix de vie, suis-je Marie ou Eve ? Suis-je Caïn ou Abel ? Suis-je Moïse ou Pharaon ? Comment dans ma vie je me situe au sein de cette lignée, au sein de cette cordée qui enfante Marie ?

 

Ma responsabilité personnelle est donc grande ! Si dans cette lignée d’Israël chacun n’avait pas pris ses responsabilités, Marie ne serait pas née et donc Jésus, le Fils de Dieu, notre Sauveur, ne serait pas né ! Si nous voulons que le monde soit sauvé, il faut encore faire naître Marie, il faut encore et toujours permettre à Jésus, c’est-à-dire à Dieu de s’incarner. Cette histoire n’est pas une histoire « sainte », une histoire du passé qu’on lit en baillant d’ennui, c’est notre histoire en train de se faire aujourd’hui dans le monde et dans notre cœur.

 

Posons-nous la question : prendrons-nous à notre tour notre responsabilité dans cette histoire, dans cette lignée ? Réaliserons-nous cette vocation unique d’écoute et d’obéissance qui est la nôtre dans la cordée à laquelle nous appartenons et où nous avons un rôle unique à jouer ? Permettrons-nous à Marie de naître et de devenir la Mère de Dieu dans ce monde en folie, dans ce monde désorienté ? C’est notre liberté, c’est notre décision, c’est notre responsabilité à chacun.

 

Prions la Trinité sainte pour qu’elle fasse naître en nous ce désir avec puissance !       

 

Je vous dis toute mon amitié en Christ, à bientôt !

 

                   Père Pascal

 

 

Texte à méditer

 

Ne nourris pas de haine pour le pécheur, car tous nous sommes dignes de condamnation. Si c'est pour l'amour de Dieu que tu le blâmes, pleure sur lui. Pourquoi le hais-tu ? Ce sont ses péchés qu'il convient de haïr, tout en priant pour lui, si tu veux ressembler au Christ qui, loin de s'indigner contre les pécheurs, priait pour eux... Quelle est donc, ô homme, la raison qui te fait haïr le pécheur ? Est-ce parce qu'il ne possède pas ta vertu ? Mais où est donc ta vertu, si tu n'as pas d'amour ?

 

Saint Isaac le Syrien (640-700)

 

 

Prière

 

 

Mon Dieu,

donne-moi un cœur pour t'aimer et des yeux pour te voir;

donne-moi des oreilles pour entendre ta voix

et des lèvres pour parler de toi.

Donne-moi le goût pour t'apprécier,

l'odorat pour sentir ton parfum;

donne-moi des mains pour te toucher et des pieds pour te suivre.

Sur la terre et dans le ciel je ne désire que toi, mon Dieu !

Tu es mon seul désir, ma consolation,

la fin de toutes angoisses et souffrances.

 

Tikhon de Zadonsk (1724-1783)

 

 

TELECHARGER LA LETTRE AU FORMAT PDF Cliquer ICI

 

 

En septembre et octobre 2019

vous pourrez vivre à Béthanie

                                           

Exaltation de la croix glorieuse

 

La fête de l’Exaltation de la Sainte Croix est appelée aussi Pâques d’automne. L’Église orthodoxe a gardé à cette fête une véritable solennité avec, au chant du « kyrie eleison », l’exaltation par l’évêque de la croix glorieuse aux quatre points cardinaux.

 

Du 15 septembre (18h) au 16 septembre 2018 (à partir de 14h)

 

S’accorder au rythme des saisons

 

Session de semi-jeûne (jus de fruits et de légumes dilués) avec pratique du do-in, de la méditation silencieuse, de la psalmodie, de la marche et de la « découverte sensorielle » sur les sentiers des environs. Exposés accompagnateurs. Soirée partage avec chants, poésies, musique et sketches au gré des désirs de chacun (à prévoir avant la session !). Une préparation alimentaire est nécessaire : des propositions à cette fin vous seront envoyées quelques jours avant la session (places limitées).

 

Du 25 septembre (19h) au 29 septembre 2019 (14h)  

 

• Retrouvailles fraternelles autour d’un chantier

 

Ce week-end est consacré à l’entretien matériel de Béthanie et à son embellissement à l’intérieur et à l’extérieur. Vos bras et votre enthousiasme seront donc les bienvenus. Merci d’entendre notre appel pour ces retrouvailles dans la prière, le travail, l’amitié et la Divine Liturgie. N’oubliez pas de nous avertir de votre venue.

 

Du 12 octobre (9h) au 13 octobre 2019 (16h30)

 

• RENCONTRE Avec Marguerite KARDOS (dialogues avec l’ange)

 

Le Monde Nouveau crie vers vous, afin de pouvoir naître Au cœur de l’Europe déchirée, en 1943 et 1944, quatre jeunes artistes hongrois, en quête de vérité, vivent une aventure spirituelle d’une actualité brûlante encore pour nous aujourd’hui, dans notre époque de transition. Lectures à haute voix alternent avec méditations et échanges sur des thèmes choisis sous le regard flamboyant des anges dans les traditions sumérienne, persane, égyptienne et chrétienne, grâce à une iconographie abondante. Une transformation s’accomplit dans le secret de la présence silencieuse et « contagieuse » de l’Ange. Laissons œuvrer le silence, gardien des métamorphoses et risquons « un saut dans l’inconnu » !

 

Du 19 octobre (9h) au 20 octobre 2019 (16h30)     

 

TELECHARGER LE PROGRAMME Cliquer ICI 

 

Commenter cet article