Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Vidéos

Publié par Centre Béthanie

Lettre n°157 - Novembre 2018

Gorze, novembre 2018 

 

Chers amis,
 
Dans le temps de l’avent, il y a trois personnages centraux, trois piliers de ce temps. Ce sont Marie, la vierge qui va devenir la mère, la Mère de Dieu, Isaïe le prophète par excellence de l’avent, et puis Jean le Baptiste. 

C’est sur lui que je voudrais m’arrêter car il est omniprésent dans la bonne Nouvelle et pourtant d’une discrétion fabuleuse. 

On l’appelle le précurseur, le témoin, le dernier des prophètes, le porteur de la puissance et de l’esprit d’Elie, l’ami de l’époux. C’est celui que Jésus reconnait comme le plus grand de tous les hommes qui sont nés sur cette terre !
 
Parmi les saints, il est le seul dont la naissance terrestre est fêtée par l’Eglise. Pour tous les saints on fête leur naissance au ciel, c’est-à-dire l’accomplissement de leur vie. Pour Jean-Baptiste, on célèbre aussi sa naissance terrestre. Il est le seul dans ce cas avec Marie, la Mère de Dieu. 
 
Comme la Mère de Dieu, il se révèle dès sa conception comme un fruit magnifique de la sainteté du peuple d’Israël. C’est pourquoi il tressaille de joie dans le ventre de sa mère, Elisabeth, quand Marie, enceinte de Jésus, rend visite à sa cousine. 

Déjà Jean discerne, déjà il est la lampe qui précède la Lumière qui va illuminer le monde, déjà il annonce la bonne nouvelle du salut. Il n’est pas la Lumière mais le témoin de la Lumière, comme le dit saint Jean.
 
Jean comme Jésus, selon la Loi juive, est circoncis le huitième jour et il reçoit le nom que Dieu lui a donné et qui révèle sa vocation : Yohanan, « Dieu fait grâce ». Il est cette voix qui annonce Jésus, Yeshouah, ce qui veut dire : « Dieu sauve » … On peut donc dire que « Dieu fait grâce » annonce que « Dieu sauve » ! 

Jean annonce cette joie et cette espérance au monde : Dieu nous fait grâce, Dieu nous sauve. Par sa naissance même, il témoigne de cela, il témoigne de la miséricorde et de la puissance divine qui a rendu féconde Elisabeth, cette vieille femme stérile. Il témoigne aussi de la miséricorde et de la puissance divine qui a libéré la parole de Zacharie, rendu muet par le péché du doute. 
 
Nous sommes tous des Elisabeth et des Zacharie, nous sommes tous vieux et stériles quand nous oublions Dieu et que, souvent, nous sommes dans le doute intérieur. Aussi chacun de nous est appelé à mettre au monde cet archétype qu’est saint Jean le Baptiste.
 
L’histoire de saint Jean est notre histoire, il est une référence pour notre vie spirituelle. Jean a d’abord vécu dans la solitude, le jeûne et la prière, à son exemple accordons nous des temps de désert pour nous retirer dans la chambre haute de l’intimité de notre cœur, pour méditer, pour prier. Mais écoutons aussi son appel à la repentance en posant un regard clair sur notre vie à la lumière de l’Esprit Saint. Puis en confessant nos péchés, implorons le pardon divin. 
 
Faisons aussi nôtre sa voix quand elle nous dit : « Il faut qu’Il grandisse et que moi je diminue ». Il parle du Christ, bien sûr, car le Christ ne peut naître et grandir en nous’ si nous ne faisons pas diminuer la puissance de notre moi, de notre ego, si nous ne laissons pas de la place dans nos cœurs, dans notre vie. 

Jean le Baptiste en nous désignant le Christ dit : « voici l’agneau de Dieu », et ainsi il nous invite à orienter notre vie vers Jésus, vers cet agneau de Dieu qui nous délivre du poids, du fardeau de nos péchés et nous fait entrer dans la vie éternelle, c’est-à-dire dans la vie même de Dieu.
 
Il termine sa courte vie, décapité, pour avoir dit la vérité à Hérode, et par là je crois qu’il nous invite à avoir une attitude radicale face à la vérité, face à la vérité ultime, pas celle de nos petites vérités relatives, mais celle qui nous dit : Je suis le chemin, la vérité la vie. 

Il nous invite à être authentique face à Dieu, face aux autres et face à nous-mêmes, et cela quel qu’en soit le prix, et donc il nous invite à traverser nos doutes, nos peurs et à aller jusqu’au bout. 
 
Jean-Baptiste est un vrai guide dans la foi, prenons-le comme modèle, comme clef de lecture, de discernement de notre vie, mais aussi prions-le en ce temps de descente vers la grotte de Bethléem. 
 
Je vous dis toute mon amitié en Christ, à bientôt !
  
         Père Pascal
 

Prière

 

Viens nous délivrer, Seigneur Dieu Sabaoth, montre-nous ta Face et nous serons sauvés, alleluia !

 

Antienne des laudes du temps de l’Avent

 

 

Textes à méditer

 

L'Esprit peut bien venir sur n'importe quel homme, mais il ne peut pas y trouver de repos, car tout homme pèche et il n'y a pas de juste sur la terre qui fasse le bien sans jamais tomber. « Personne n'est pur de souillures » (Jb 14,4) ... si l'Esprit est venu sur beaucoup, il n'est demeuré sur aucun. … Jean le Baptiste a vu un homme, un seul, sur lequel l'Esprit a demeuré, et c'était le signe que Dieu lui avait donné : « Celui sur qui tu verras l'Esprit descendre et demeurer, c'est lui, le Fils de Dieu ». 

 

                                                        Origène (185-253) 

 

 

Brèves nouvelles de la communauté

 

Du 25 août au 6 septembre, sœur Barbara était en retraite au monastère orthodoxe de Sainte Elisabeth à Minsk en Biélorussie.

 

Du 15 au 31 septembre, Benjamin était en pèlerinage en Ethiopie avec frère Jean du skite Sainte Foy.

 

Tous deux sont revenus émerveillés par leur découverte de la vie de ces deux traditions orthodoxes et comme l’émerveillement est communicatif nous réfléchissons s’il ne serait pas possible de vivre ensemble la même expérience !

 

Du 31 août au 2 septembre, le diacre Marc et son épouse Sophie avec un groupe de "Béthaniens" étaient au monastère d’Hurtebise en Belgique pour une session de la Communauté Mondiale pour la Méditation Chrétienne.

 

Les 5 et 6 octobre, le chantier annuel de Béthanie a réuni 35 personnes pour un moment d’entretien des lieux et de convivialité. La météo nous a été favorable ce qui a été apprécié de tous !

 

Les 20 et 21 octobre, père Francis a animé une session à l’abbaye d’Orval.

 

Du 8 au 11 novembre la communauté a suivi une retraite avec Mgr Marc, évêque de l’Eglise Orthodoxe Celtique, sur le thème de la première béatitude : la pauvreté en esprit.

En novembre - décembre 2018

vous pourrez vivre à Béthanie

                                            

 

Dieu s’est fait homme pour que l’homme devienne Dieu  

Retraite de l’Avent pour préparer Noël

 

À la question : "Pourquoi Dieu S'est-Il fait homme ?", les Pères de l'Église répondent : "Dieu S'est fait homme pour que l'homme devienne dieu". Ainsi la raison principale de l'Incarnation est bien la déification de l'homme. La période de l’Avent est propice pour prendre du temps et discerner notre éloignement de la Source. Elle nous invite à mettre en place dans notre vie les remèdes nécessaires à notre guérison et permet alors à Dieu de naître en nous, nous ouvrant le chemin de la divinisation. Pour cela nous ferons de la place à la prière, au jeûne et au silence, à la méditation des textes sacrés, au chant et au travail corporel.

 

Du 30 novembre (19h) au 2 décembre 2018 (16h)

 

 

RENCONTRE AVEC JACQUELINE KELEN

Veiller sur le secret

 

Si la psychologie parle du secret en termes de honte et dissimulation, sur le plan spirituel le secret est lié à l’intériorité, au monde invisible, et à l’ineffable de Dieu. Pour illustrer ce thème, on évoquera le mythe grec de Pandore, le récit biblique de Samson, et on déchiffrera la légende médiévale de Mélusine.

µ

Du 8 décembre (9h) au 9 décembre 2018 (16h30)                                      

 

Jacqueline KELEN, productrice d’émissions à France Culture pendant vingt ans, est écrivain. La plupart de ses livres sont consacrés à l’étude des mythes et de la voie mystique.

 

 

Noël

L’Incarnation de Dieu en l’homme est un évènement central pour toute l’humanité. Cela est vrai aussi pour chacun d’entre nous. Accueillir le Christ en soi est une métamorphose radicale. Rencontre fraternelle autour de la fête de la Nativité du Christ dans la joie des offices de la vigile de Noël, de la Divine Liturgie et des agapes.

 

Du 24 décembre (16h) au 25 décembre 2018 (14h)

 

 

MÉDITATION : S’INCARNER POUR SE LIBÉRER

selon l’enseignement reçu de Karlfried Graf Dürckheim

 

Énergie, quiétude, éveil… S’ouvrir à la détente profonde et libérer sa vitalité essentielle par la présence au corps et au souffle. Par des exercices spécifiques, apaiser les perturbations émotionnelles et laisser émerger le « clair silence » (Maître Eckhart), prémices de l’éveil et du don de la grâce contemplative. Initiation et perfectionnement.

 

Du 26 décembre (19h) au 31 décembre 2018 (11h)                 

                           

 pour télécharger la lettre , cliquez ICI

Abonnement au blog

#Lettre