Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Vidéos

Publié par Centre Béthanie

Lettre de Béthanie n°156 - Octobre 2018

Gorze, octobre 2018

 

 

  Chers Amis,

 

      Dans la lettre de Béthanie du mois dernier, une question essentielle était posée : « Avez-vous la foi ? » et de souligner qu’avoir la foi, c’est avoir confiance. On pourrait poser une autre question : comment avoir confiance ?  Est-ce naturel ?

 

Si j’en juge par mon expérience personnelle cette confiance cohabite avec une peur sous-jacente qui se décline en trois thématiques : la peur de mourir, la peur du non-sens et la peur de la solitude. Ce sont ces trois détresses qui caractérisent cette perte de confiance ou ce manque de foi de l’homme « exilé » du paradis dont nous parle la Bible.

 

Nous sommes des êtres humains inachevés et appelés à « naître d’en haut »… Sans cette naissance, la vie est stérile ... Nous le savons bien car cette certitude est inscrite dans le fond de notre être : elle est ontologique (1). Nous « n’avons » pas la foi comme si c’était un objet à acquérir, mais nous « sommes » foi… C’est notre nature essentielle. Certes cette qualité précieuse peut être étouffée par les « soucis de ce monde » et ainsi priver l’homme de cette expérience d’enracinement dans la « Grande Vie » qui fonde et soutient notre vie ordinaire, mais cette certitude est là. Elle nous travaille, nous cherche et se révèle bien souvent dans des expériences subtiles que les orientaux appellent « illumination » (2). Cette illumination, quel que soit son degré, procure confiance et joie. Elle nous ramène à l’évidence de notre nature essentielle.

 

Sans ces expériences « prises au sérieux » l’homme reste prisonnier de son moi empirique. Il s’identifie à son moi existentiel et perd le lien avec son être essentiel : d’où sa détresse. Ce que l’Orient nous rappelle c’est que cette « illumination » qui fortifie notre foi est aussi le fruit d’une ascèse et que la grâce qui souffle où elle veut est aussi en résonance avec celui qui s’exerce à créer les conditions de la Présence.

 

L’Orient parle de « vide » de l’esprit, condition de cette illumination. Ce vide de l’esprit est favorisé par l’attitude du corps. Seulement « être là » dans l’attitude juste. Le fonctionnement de la pensée et de la logique cesse. C’est ce temps de vide mental qui est fécond sur tous les plans. Se libérer pendant quelque temps de toute pensée est quelque chose de précieux. L’homme devient plus libre, plus stable, d’humeur plus égale, plus accessible aux autres et plus attentif à lui-même dans le quotidien.

 

L’union avec les forces cosmiques s’approfondit et la confiance grandit. De fait, l’illumination permet de voir bien plus clair qu’avant. Il s’agit de dépasser la subjectivité en tant que telle pour tendre vers l’absolu dont elle n'est que le signe. C’est la transcendance intérieure qui commence à se manifester. C’est une véritable libération de l’esprit humain qui se trouve délivré du monde des sens et des concepts. Voici ce que dit Thomas Merton, moine cistercien :

 

« En cet instant, la conscience de notre moi habituel et faux se détache de nous comme un vêtement sale, lourd d’humidité et de boue. Le « moi profond », trop profond pour la réflexion ou l’analyse, se libère et tombe dans l’abîme de la liberté et de la paix divine. Il n’est plus maintenant question de ce qui se passe en nous, encore moins autour de nous : nous sommes trop loin des surfaces où ces reflets étaient possibles. »

 

On remarquera dans la vie quotidienne qu’une certaine paix demeure en l’homme qui est en chemin. Maintenant il surmonte plus facilement les difficultés et n’est plus aussi fortement attaché au sensible. L’homme s’approche de sa véritable identité : il « va vers lui… »

 

Il semble ici inutile d’insister sur un point : même après une « grande expérience » il est impératif de continuer à s’exercer sans relâche et de garder la bonne direction, à savoir pratiquer « sans but ni esprit de profit. » Dans la méditation s’approfondit l’abandon confiant dans la volonté du Seigneur qui agit avec nous, par nous et en nous. Lorsqu’un homme peut demeurer ici et maintenant dans cette confiance qui est l’acte d’exister pur et simple, cet abandon acquis par l’ascèse procure le sublime bonheur de l’expérience du Christ en nous. La foi devient vivante de La Vie en nous et nous célébrons cette vie simplement dans notre manière d’être là à l’instant.

 

Quand on pratique la méditation dans le « style zen » comme le précisait Dürckheim, on ne doit pas se laisser troubler par l’idée qu’on perd son temps puisqu’on ne fait rien. Ce temps n’est pas perdu, il est même mieux employé que si l’on réfléchissait sur de nombreux sujets. Justement parce qu’on ne fait rien, il se produit quelque chose qui est bien plus efficace que les pensées et résolutions personnelles. C’est la purification passive, qui seule peut réellement nous guérir.

 

Je vous dis toute mon amitié en Christ, à bientôt !

 

                                                                       Père Francis

 

Textes à méditer

 

 

« Recherchez la liberté et vous deviendrez esclaves de vos désirs. Recherchez la discipline et vous trouverez la liberté »

« Pour savoir si l’eau d’un bol est chaude ou froide, il faut y mettre le doigt, il ne sert à rien de discuter. »

« Quand un homme ordinaire atteint le savoir, il est sage. Quand un sage atteint la compréhension, il est un homme ordinaire. »

« Lorsqu’il n’y a plus rien à faire, que faites-vous ? »

« Le courant rapide n’a pas emporté la lune. »

« La voie est sous nos pieds. »

Tu dois savoir que l’esprit, par son être essentiel, reçoit le Christ à son arrivée dans la simple nature, directement et immédiatement…Et pour cette raison l’esprit possède essentiellement Dieu dans la simple nature, et Dieu possède l’esprit ; car celui-ci vit en Dieu et Dieu en lui, et dans sa partie supérieure l’esprit est capable de recevoir directement la clarté de Dieu et tout ce qu’elle peut produire… Cela ne nous rend ni saints ni bienheureux, car tous les hommes, bons ou mauvais, ont cela en eux. Mais cela est bien la cause de la Sainteté et de la béatitude.  

Jan Van Ruysbroeck (XIVe s.)

 

Ici la porte s’ouvre, parfois d’un seul coup, parfois doucement… Il y a une irruption soudaine et il y a une montée graduelle de l’expérience de Dieu. Il y a en outre beaucoup de formes intermédiaires. 

Johannes Tauler (XIVe s.)

             

 

 

 

En octobre - novembre 2018

vous pourrez vivre à Béthanie

 

 

S'accorder au rythme des saisons

 

Session de semi-jeûne (jus de fruits et de légumes dilués) avec pratique du do-in, de la méditation silencieuse, de la psalmodie, de la marche et de la « découverte sensorielle » sur les sentiers des environs. Exposés accompagnateurs. Soirée partage avec chants, poésies, musique et sketches au gré des désirs de chacun (à prévoir avant la session !). Une préparation alimentaire est nécessaire : des propositions à cette fin vous seront envoyées quelques jours avant la session.

Du 10 octobre (19h) au 14 octobre 2018 (14h)

   

                                                  

LES BÉATITUDES AU REGARD DE L’ARBRE DES SEPHIROTH

selon l’enseignement d’Annick de Souzenelle

 

Jésus, Verbe de Dieu, est Parole irradiante. Il parle et enseigne, et les structures de son dire sont celles du Verbe, déjà révélées à Moïse au Sinaï et transmises par les maîtres de la mystique juive dans le dessin de l'arbre des sephiroth. Comme Moïse, suivons le Verbe de Dieu sur la montagne de l'au-dedans de nous et allons l'écouter, voir sa voix, goûter sa parole, en résonance avec l'arbre des sephiroth. Pour incarner les énergies de l'arbre des sephiroth, aux temps d'enseignement succéderont des temps de méditation et de calligraphie. Le matériel de calligraphie sera mis à votre disposition. Aucune connaissance préalable de l'hébreu n'est requise.

Du 27 octobre (9h) au 28 octobre 2018 (16h30)       

 

 

DANSES D’ISRAËL

 

« Les danses dédiées à Dieu sont des prières » disait le Baal Chem Tov, le Maître du beau Nom. C’est dans cet esprit et pour la joie de danser ensemble que nous aborderons la danse ancienne et contemporaine d’Israël.  De nombreuses danses sont créées chaque année en Israël ; mais durant ce stage nous aborderons aussi des danses plus anciennes, devenues des classiques du fait de la beauté de leur chorégraphie et de leur musique. Stage ouvert aux personnes ayant déjà une connaissance de la danse d’Israël ou de la danse en cercle.

Du 27 octobre (9h) au 28 octobre 2018 (16h30)

 

 

APPROCHE POUR LA CRÉATION D’UNE ICÔNE

 

« Le secret de l’iconographe n’est pas dans ses pigments, mais en lui, dans l’énergie qui traverse le pinceau et qui, dans une simple ligne, révèle deux mondes, le Ciel et la terre. L’iconographe participe à la création. En écoutant Dieu, il féconde le monde. » (frère Jean)

Cet atelier se veut une approche de l’icône par sa réalisation. Le mystère de l’icône n’est autre que celui du Christ lui-même : « qui me voit, voit le Père ». Qui voit l’icône est mis en présence de celui, de celle ou de ce qu’elle représente. Celui qui peint une icône, dans la prière, à travers lignes et couleurs, se rend participant, acteur et témoin de cette épiphanie. Il n’est pas demandé de compétences particulières en matière de dessin ou de peinture, seulement des qualités telles que la patience et la persévérance. 

Du 1er novembre (9h30) au 4 novembre 2018 (16h30)                                 

 

 

EN PELERIN SUR LE CHEMIN AVEC LA PRIÈRE DE JÉSUS

 

La prière de Jésus est un long et parfois difficile chemin. Tout marcheur, tout pèlerin, sait qu’il faut parfois faire une pause, retrouver son souffle, rencontrer ceux qui se confrontent à la même expérience. Revoir les fondamentaux, pratiquer à nouveau ensemble, échanger sur nos expériences, nous aidera à continuer ou à reprendre ce pèlerinage nous menant à la rencontre de Dieu dans notre cœur. Rencontre réservée à ceux qui ont fait une session d’initiation à la prière de Jésus.

Du 3 novembre (9h) au 4 novembre 2018 (16h30)

      

                                

Pour télécharger la Lettre en PDF, cliquez ICI

 

Pour être tenu au courant de nos activités et recevoir la lettre de Béthanie gratuitement chaque mois par internet, envoyez votre e-mail à contact@centre-bethanie.org et si vous ne disposez pas d’internet nous vous enverrons la lettre par courrier mais pour ce faire, merci de nous adresser des enveloppes timbrées libellées à votre adresse.

 

BETHANIE, Prieuré Notre-Dame et St-Thiébault, 57680 GORZE

Abonnement au blog

#Lettre