Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Vidéos

Publié par Centre Béthanie

Lettre de Béthanie n°140 - Janvier 2017

Gorze, janvier 2017

 

Chers Amis,

         L’année 2016 s’est terminée et nous nous sommes souhaités une bonne année et peut-être avons-nous rendu grâce ! Ce n’est d’ailleurs pas toujours évident de « rendre grâces » à la fin d‘une année. Pour beaucoup d’entre nous l’année 2016 a été âpre, dure, cruelle. Mais sans doute aussi nous a-t-elle apporté son lot de grâces, de joie et d’amour.

         Aussi, je nous invite à regarder avec gratitude l’année écoulée, car si Dieu est amour, alors nous n’avons jamais été seul. Dans l’épreuve ou dans la joie, Il était là, avec nous, se réjouissant avec nous, pleurant avec nous, nous donnant la force et la grâce de traverser à pied sec notre « mer rouge », de traverser notre désert du Sinaï conduit par la nuée, c’est-à-dire par l’ombre de laquelle Il nous couvre pendant le jour, et par la colonne de feu, c’est-à-dire par son amour, pendant la nuit.

         Oui, pas un instant Il ne nous a quittés, pas un instant sa présence ne nous a manqués. Comme dit saint Jean de Saint-Denis : « Dieu n’est pas une mère, Il est Père mais sa paternité est maternelle. » Pas un instant Il ne nous a quittés mais nous, étions-nous là ? Ne sommes-nous pas un peu comme saint Augustin qui écrivait : « Je te cherchai au dehors et toi, tu étais au-dedans !

         Quand nous réalisons combien notre Dieu nous accompagne, combien Il est proche, attentif, nous ne pouvons qu’être dans l’action de grâce, la reconnaissance et alors nous bénirons les évènements, les rencontres, les personnes qui ont fait cette année. Mais pour pouvoir bénir, il faut aussi pouvoir pardonner, et voilà le grand œuvre qu’il est temps de réaliser si ce n’est déjà fait, en ce début d’année. Pardonner aux évènements qui nous ont malmenés, pardonner aux personnes qui nous ont blessés. Se pardonner à soi-même de ne pas avoir été à la hauteur de ce que notre ego aurait voulu de nous. Pardonner à Dieu que l’on accuse si vite de tous nos maux : mais qu’est-ce que j’ai fait au bon Dieu pour mériter cela ! Je ne le dis peut-être pas, mais je le pense souvent, n’est-ce pas ?

         Poser un pardon sur les évènements et sur les personnes, c’est d’abord lâcher prise, accepter ce qui est et ce qui est d’ailleurs peut-être inacceptable. C’est s’abandonner dans les bras du Père, c’est poser la paix sur notre vie, dans notre cœur, sur ceux que nous avons rencontré. C’est poser la paix sur le monde entier. Ce monde en guerre parce que nous n’avons pas pardonné, ce monde en guerre parce que notre cœur n’est pas en paix.

         Voici donc, pour nous et pour le monde entier, l’acte fondateur de l’année nouvelle : le pardon. Le pardon à chaque rencontre, le pardon à chaque instant. Le pardon pour pouvoir bénir, bénir chacun, bénir chaque moment, pour pouvoir rendre grâce. Rendre grâce pour mon frère, rendre grâce pour ma sœur, rendre grâce pour ce qui m’arrive et me réjouir ! Oui me réjouir en Dieu de ce qui m’est donné gratuitement, sans aucun mérite, par grâce, c’est-à-dire par amour, par amour fou de notre Créateur, de notre Père. Certes, pardonner ce n’est pas facile, mais qui a dit que le chemin était facile ? Soyons conscients que nous ne sommes pas seuls, que nous sommes un peuple, un corps, et même le corps du Christ.

           Nous avons la chance inouïe que notre Dieu s’est incarné. Il est devenu comme nous, pour vivre avec nous, partager tout avec nous. Il a vécu la trahison, la solitude, la persécution, la plus extrême souffrance, l’angoisse, l’abandon, la mort. Il a vécu l’amitié, la fraternité, les réjouissances des noces à Cana, la joie de se donner etc. Il n’a rien laissé de côté de ce que nous avons à traverser, afin de nous montrer le chemin, afin d’être le chemin, celui de la vraie vie, de la résurrection, de la transfiguration.

         Pour 2017, c’est cela que Dieu nous propose : « Je mets devant toi la vie et la mort, choisis la vie. ». Avec Lui, en Lui, par Lui, choisissons la vie, choisissons la résurrection et la transfiguration, alors 2017 prendra du sens, alors 2017 sera la fin d’un monde, celui de la mort, et le début d’un autre, celui du Royaume de Dieu, celui de l’amour en nous et autour de nous, celui de la réjouissance dans le Seigneur. Oui, réjouissons-nous toujours, et bénissant l’année nouvelle, chantons intérieurement le « Te Deum », le grand chant d’action de grâces : « Nous te louons, O Dieu, nous te confessons Seigneur, toute la terre te révère ».

Je vous dis toute mon amitié en Christ, à bientôt !

                                           Père Pascal

 

           

 

Prière

 

Seigneur, donne-moi d'accueillir paisiblement tout ce que cette journée va m'apporter. Apprends-moi à m'abandonner pleinement à ta volonté. Seigneur, à tout moment et en tout, instruis-moi et soutiens-moi. Fais-moi connaître ta volonté, pour moi et pour ceux qui m'entourent.

 

Quelles que soient les nouvelles au cours de cette journée, donne-moi de les recevoir dans la paix et avec une ferme conviction que ta sainte volonté est sur toute chose. Seigneur, grand, miséricordieux, dans toutes mes actions et paroles, guide mes pensées et mes sentiments, en toutes circonstances imprévues, ne me permets pas d'oublier que tout vient de toi.

 

Seigneur, apprends-moi à être juste vis-à-vis de mon prochain, sans attrister ni troubler personne. Accorde-moi de supporter la fatigue de toute cette journée et de tout événement au cours d'elle. Conduis ma volonté, apprends-moi à prier et à aimer tous sincèrement.

 

Prière récitée par les moines de l'ermitage d'Optino, haut lieu du renouveau spirituel orthodoxe dans la Russie du XIXe siècle.

 

 

 

Texte à méditer

 

Si je pouvais t'apprendre le secret du bonheur comme le bon Dieu me l'a appris... Il faut que tu te bâtisses une petite cellule au-dedans de ton âme, tu penseras que le bon Dieu est là, et tu y entreras de temps en temps. Lorsque tu es malheureux, vite sauve-toi là et confie tout cela au Maître, il me semble que la prière, c'est un repos, un délassement : on vient tout simplement à Celui qu'on aime, on se tient près de Lui comme un petit enfant.

 

Lettre 123, Sainte Elisabeth de la Trinité

 

 

 

En février,

vous pourrez vivre à Béthanie

             

  • Le symbolisme de l’arbre

Le symbole nous permet d’expérimenter des réalités insoupçonnées, de franchir des seuils, lorsque les rites ou la méditation lui prêtent corps. En cette « forêt de symboles » que la nature offre à notre perception, l’arbre est une source universelle d’inspiration et de vie pour l’homme, dont l’aventure commence au jardin d’Éden… Conférence, travail énergétique et marche sylvestre – si le temps le permet – pour honorer l’image de cet arbre que chacun porte en lui.

Le 3 février de 14 h à 18 h                                    

 

  • Calligraphie et enluminure : variations sur l’arbre

L’arbre se trouve enraciné en terre et tourné vers le ciel. Par la pratique de la calligraphie et de l’enluminure, nous entrerons dans son symbolisme, sa force de vie, son expression graphique et picturale. Notre travail prendra ses racines dans des textes sacrés, des poèmes, et déploiera les branches de notre imaginaire. Session ouverte à ceux qui débutent la calligraphie et l’enluminure comme à ceux qui souhaitent enrichir leur expérience. La sagesse corporelle accompagnera nos réalisations.

Du 4 février (9 h) au 5 février 2017 (17 h)                   

 

  • ÉCRIRE LA GRATITUDE

Adhérons-nous assez à la vie ? Sommes-nous assez reconnaissants ? Assez à l’écoute de ce qui nous est donné ? Trois jours pour rendre grâce. Parce que la gratitude est une graine de vie…

Du 16 février (19 h) au 19 février 2017 (17 h)  

 

  • La pratique du Hara selon Graf DÜRCKHEIM

Le Hara, centre vital de l’homme, est au cœur de la sagesse extrême-orientale. On ignore que c’est une réalité tout aussi fondamentale dans la Bible et la Tradition chrétienne. L’éducation du corps fait partie de la vie spirituelle. Le Hara déconnecte l’homme de son « moi » dépendant et donne un accès à l’Être. Cette pratique à chaque instant fait du quotidien un exercice pour l'épanouissement de notre chemin de vie.

Du 18 février (9 h) au 19 février 2017 (17 h)

 

 

Pour télécharger la Lettre en format PDF, cliquez ICI

 

 

Pour être tenu au courant de nos activités et recevoir la lettre de Béthanie gratuitement chaque mois par internet, envoyez votre e-mail à contact@centre-bethanie.org et si vous ne disposez pas d’internet nous vous enverrons la lettre par courrier mais pour ce faire, merci de nous adresser des enveloppes timbrées libellées à votre adresse.

BETHANIE, Prieuré Notre-Dame et St-Thiébault, 57680 GORZE

Abonnement au blog

#Lettre