Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Vidéos

Publié par Centre Béthanie

Lettre n°133 - Le Bon Berger

Chers Amis,  Christ est ressuscité !

 

Je suis le berger est un thème récurrent dans toute l’Ecriture. Que ce soit dans le psautier ou chez les prophètes, et même dans le Cantique des Cantiques de Salomon, Dieu est le berger, celui qui rassemble, qui prend soin, qui connaît.

 

Et quand ce n’est pas Dieu c’est son Messie, son roi, comme David, et à travers lui c’est quand même Dieu.

 

« Egô eimi ho poimên ho kalos » Je suis le berger, le bon. Kalos en grec se traduit autant et même d’abord par beau, avant de se traduire par bon, mais c’est la même réalité, ce n’est pas une qualité morale, ni une qualité esthétique car il s’agit ici de la beauté intérieure qui est donc aussi bonté intérieure. En hébreu, on dira « tov » et c’est la même chose qu’en grec pour le mot « tov » qui en hébreu veut autant dire beau que bon. On dira de quelque chose que c’est « tov », que c’est beau, que c’est bon et on souhaitera « chana tova » c’est-à-dire bonne année, belle année. C’est important de garder en conscience grâce au grec et à l’hébreu que notre Dieu, non seulement est bon, et peut-être que cela nous l’avons un petit peu intégré, si on a fait enfin un sort au dieu père fouettard et qui punit, mais qu’Il est aussi beau. Pas seulement le bon Dieu, mais aussi le beau Dieu, car « la beauté sauvera le monde, » a dit Dostoïevski.

 

« Je suis le beau berger, le beau berger expose sa vie pour ses brebis. » Cela vient sans doute d’une expression hébraïque qu’il faut traduire littéralement par : « le beau berger met son âme dans la paume de sa main ! » Autrement dit, le beau berger prend des risques. Nous l’avons vu tout au long de cette semaine sainte encore si proche, Dieu prend des risques, celui d’être livré, trahi, renié, flagellé, crucifié, mis à mort. Il les prend tous ces risques car Il est le beau berger qui « connaît » ses brebis et que ses brebis connaissent.

 

Dans la Bible, connaître est le mot qui est employé, dès la Genèse d’ailleurs, pour parler des relations amoureuses, des relations amoureuses et physiques entre l’homme et la femme. Adam connut Eve et elle fut enceinte. Abraham connut Sarah, etc. La relation entre le berger et ses brebis, entre Dieu et ses créatures est du même ordre, il connaît ses brebis, c’est-à-dire qu’il les aime intimement, profondément, personnellement, comme un amant.

 

Et Jésus insiste, car il est important pour nous de comprendre l’intensité et la qualité de son amour, en nous disant : « De même que le Père me connaît, moi aussi je connais le Père. » Jésus ne nous propose pas moins qu’une relation du même type que la relation entre les personnes divines, comme la relation entre Lui et son Père, une relation personnelle et intime sur le modèle des relations au sein de la Divine Trinité.

 

Enfin Jésus nous dit qu’Il a « d’autres brebis qui ne sont pas de cet enclos, celles-là aussi je vais les conduire ; elles entendront ma voix, et il y aura un seul troupeau et un seul berger. » Au moment où Il le dit aux disciples, il s’agit du monde païen et d’Israël bien sûr, mais aujourd’hui nous pouvons très bien y voir aussi une annonce « œcuménique », celle du rassemblement des Eglises, mais aussi l’annonce du rassemblement de l’Eglise et des autres traditions, sans oublier ceux qui n’ont pas de tradition, car toute l’humanité, sans aucun doute, est brebis du Seigneur et « il y aura un seul troupeau et un seul berger » dit Jésus.

                                   Christ est ressuscité !   

 

Je vous dis toute mon amitié en Christ, à bientôt !

 

 

Père Pascal

 

Prière

 

         Le Seigneur est mon berger : je ne manquerai de rien,
         Il me fait reposer dans de verts pâturages.

         Il me mène près des eaux tranquilles :
         Il y restaure mon âme.

         Il me conduit dans les chemins de la justice,
         pour l’honneur de son Nom.

         Quand je marche dans le chemin de l’ombre de la mort,
         je ne crains aucun mal car Tu es avec moi :
         ta houlette, ton bâton me rassurent.

         Tu dresses devant moi une table face à mes adversaires,
         Tu oins d’huile ma tête et ma coupe déborde.

         Ta miséricorde m’accompagnera tous les jours de ma vie,
         j’habiterai pour de longs jours la maison du Seigneur.

                                                                      Psaume 23 (22)

 

Texte à méditer

 

Le Seigneur est mon berger. Déclaration sobre et décisive, exprimée avec autorité. Ce n’est ni un désir pour l’avenir : « Le Seigneur sera mon berger », ni un souhait ou une prière : « Seigneur, sois mon berger ! » C’est une simple et calme affirmation de ce qui existe déjà : Le Seigneur est mon berger. C’est l’état des choses ; c’est ainsi ; c’est la vérité ; c’est cela, et rien d’autre. Je peux me détourner du Berger. Mais un tel rejet n’empêche pas le Seigneur d’être le Berger. Il est le Berger, il l’est maintenant, et il le sera à jamais…

Quand je dis que le Seigneur est mon Berger, cela implique en premier lieu que j’appartiens au Berger. Le Berger me dit : « Tu m’appartiens ; j’ai un droit absolu sur toi. Tu n’es maître ni de ton corps ni de ton âme. Tu m’appartiens. » Mais dans un certain sens on peut comprendre l’expression « mon Berger » de deux façons. Je peux répondre au Berger : « Oui, je t’appartiens. Mais puisque tu déclares que tu es “mon” Berger, tu m’appartiens également. J’ai des droits sur toi, les droits que tu m’accordes en me permettant de dire “mon” en ce qui te concerne. » Le Berger ne se détourne pas d’une confiance aussi audacieuse et exigeante que celle-ci.

Père Lev Gillet 

 

Pour télécharger la lettre  en pdf, cliquez ICI  

 

 

En avril, mai vous pourrez vivre à Béthanie :

                             

RETROUVAILLES FRATERNELLES AUTOUR D’UN CHANTIER

Ce week-end sera consacré à l’entretien matériel de Béthanie et à son embellissement à l’intérieur et à l’extérieur. Vos bras et votre enthousiasme seront donc les bienvenus. Merci d’entendre notre appel pour ces retrouvailles dans la prière, le travail, l’amitié et la Divine Liturgie. N’oubliez pas de nous avertir de votre venue.

Du 23 avril (9 h) au 24 avril 2016 (17 h)

 

PENTECÔTE

Cette fête accomplit la Création et inaugure la plénitude des temps. L’Esprit désormais « est partout présent et remplit tout ». Dans ce contexte, nous prendrons un temps de repos et de ressourcement avec les psaumes, la méditation, la prière de Jésus et la sagesse du corps pour mieux appeler l’Esprit Saint dans la célébration des Tierces Solennelles et de la Divine Liturgie. 

Du 14 mai (19 h) au 15 mai 2016 (16 h)    

 

EUTONIE, DO-IN ET MEDITATION : le corps comme porte d'accès à la paix du coeur

La paix du coeur est la condition de la rencontre avec le Divin en nous. Par des exercices simples, au repos et en mouvement, nous développerons notre conscience corporelle et favoriserons les processus naturels de régulation et de régénération de notre organisme. Ainsi nous créerons les conditions de l'ouverture à l'espace apaisé en nous, source de notre vitalité.

Session animée par Thierry Damant, certifié en psychologie et en eutonie (Ecole Gerda Alexander) et père Francis de Béthanie pour le Do-In et la méditation.

Du 28 mai (9h) au 29 mai 2016 (17h)

  

   Pour être tenu au courant de nos activités et recevoir la lettre de Béthanie gratuitement chaque mois par internet, envoyez votre e-mail à contact@centre-bethanie.org et si vous ne disposez pas d’internet nous vous enverrons la lettre par courrier mais pour ce faire, merci de nous adresser des enveloppes timbrées libellées à votre adresse.

 

BETHANIE, Prieuré Notre-Dame et St-Thiébault, 57680 GORZE 

Abonnement au blog

Commenter cet article