Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Vidéos

Publié par Centre Béthanie

Découvrir la mystique des béguines avec Jacqueline Kelen

Du 4 octobre (9 h) au 5 octobre 2014 (17 h)

JACQUELINE KELEN interviendra à Béthanie sur le thème :


Libres d’elles-mêmes et de toutes choses…

La vie et la mystique des Béguines du XIIIe siècle.

 

Nous étudierons ce mouvement spirituel novateur et ses influences d’après le témoignage ardent de trois hautes dames : Hadewijch d’Anvers, Mechthilde de Magdebourg et Marguerite Porète.

Jacqueline kelen, a été productrice d’émissions à France Culture pendant 20 ans, écrivain, conférencière, spécialiste des mythes de la tradition occidentale et de la démarche mystique.elle a publié une trentaine d’ouvrages. Elle a en particulier publié «Hadewijch d’Anvers» chez Albin Michel, une béguine, mystique flamande du XIIIe siècle.

Ecouter Jacqueline Kelen s'entretenant sur le Béguines avec Frédéric Lenoir et Leili Anvar dans une émission de France Culture les Racines du ciel

Informations pratiques sur la session

Prix de la session (hébergement et restauration compris) :

Tarif de base 214 €

Moins de 25 ans ou des revenus mensuels inférieurs au SMIC 160€

Plus d'information et s'inscrire

centre.bethanie@wanadoo.fr

Venir à Béthanie

Cliquer ICI

 

Derniers ouvrages de Jacqueline Kelen

Voir la vidéo résumée de la session de Jacqueline Kelen à Béthanie sur le thème du combat spirituel

http://www.dailymotion.com/video/x118yl9

Les béguines

Les béguines, ces femmes qui consacraient leur vie à Dieu sans pour autant se retirer du monde, fondèrent au XIIIe siècle des béguinages, ensembles clos répondant à leurs besoins spirituels et matériels.

L'apparition spontanée du mouvement des béguines autour de 1200 reflète le courant de renouveau religieux qui s'est répandu en Europe occidentale au début du XIIIe siècle, et dans lequel les femmes jouèrent un rôle important.

En plus des nombreuses femmes qui entrèrent en religion en prononçant leurs vœux, d'autres développèrent un style de vie original, « semi-religieux », qui leur permettait de se consacrer à Dieu sans se retirer entièrement du monde. Parmi ces mulieres religiosæ du nord de l'Europe, ni nonnes ni simples laïques, les béguines choisirent de mener une vie individuelle ou de communauté consacrée à la prière, aux soins apportés aux malades et au travail manuel.

Pour la plupart établies en communautés urbaines, elles occupaient des maisons proches des hôpitaux et des léproseries. Célibataires ou veuves, elles ne prononçaient pas de vœux et étaient libres d'aller et venir en société, ainsi que de quitter la communauté si elles le souhaitaient.

Le béguinage était administré par une béguine, désignée du nom de « Grande Dame », qui était élue pour une durée limitée et était assistée, dans de nombreux béguinages, par un conseil. Bien que la vie des béguines eût été marquée par la simplicité et l'humilité, il ne leur était nullement interdit de gérer des biens personnels : les plus riches d'entre elles construisaient ou louaient leurs propres maisons, d'autres vivaient dans des logis communautaires, les plus pauvres à l'infirmerie. Dans tous les cas, chacune devait pourvoir à ses propres besoins, et nombre d'entre elles travaillaient dans l'industrie textile.

Commenter cet article