Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Vidéos

Publié par Centre Béthanie

La Lettre de Béthanie N° 113
La Lettre de Béthanie N° 113

Gorze, mai 2014

Chers Amis,

L'humanité d'aujourd'hui est à bout de souffle... Pour être «dans le vent» on se tourne vers l'Extrême-Orient, les guérisseurs, les pouvoirs occultes et tous les bonheurs artificiels, alors que ce que nous cherchons respire par toutes nos fibres : l'Esprit de Dieu, qui anime la création tout entière.

Mais peut-être, comme certains disciples du Christ, « n'avons-nous même pas entendu dire qu'il y a un Esprit-Saint»? (Ac 19,2) Nos oreilles ont certes entendu son nom plus d'une fois, mais que notre être tout entier, du plus profond de lui-même, ait été retourné par sa Présence impétueuse, jusqu'à nous transformer de fond en comble et inaugurer en nous une nouvelle étape de notre existence, rares sont ceux qui l'ont « entendu » ainsi... Et pourtant, c'est là l'œuvre de l'Esprit qui agit toujours avec puissance quand un homme le prend pour Locataire !

S'il en est ainsi, n'est-ce pas alors que « le but de la vie c'est l'acquisition de l'Esprit-Saint» selon le fameux adage de saint Séraphin de Sarov ? Rien n'est donc plus important que d'apprendre à le connaître et de se soumettre à son action, pour qu'il tire le meilleur de nous-mêmes et nous fasse naître à des horizons nouveaux et inconnus : la Vie Divine...

Dans l'Esprit, Dieu franchit son infinie transcendance pour se faire infiniment proche. L'Esprit-Saint n'a pas de nom puisque le Père et le Fils sont également esprit et saints, mais Il est cette Personne étrange et mystérieuse qui se nomme en toute chose et à travers tout visage. Il est l'intériorité la plus intérieure en nous, la Vie de notre vie, le Souffle de notre souffle et toute la vie «spirituelle», c'est-à-dire selon l'Esprit, consiste à en devenir de plus en plus conscients.

Mais puisque l'Esprit-Saint a pris possession de tout notre être, cette conscience n'est pas une abstraction mentale, une idée, ce qui serait au contraire un obstacle à l'expérience: cette conscience est physique, corporelle, il s'agit d'une sensation de la Présence immédiate de Dieu. Là le contact est direct, plus rien ne s'interpose, pas même la moindre pensée. Par la simple et humble sensation du corps, les pensées sont évacuées, le cerveau se met au repos et la sensation envahit tout le champ de la conscience.

L'être tout entier s'unifie progressivement et devient dans sa totalité transparence à Dieu. Par la puissance de l'Esprit Saint qui sans cesse rend présent et actualise les mystères du Christ, je sens la chair du Christ qui habite la mienne et son sang qui coule dans mes veines. La conscience spirituelle est tout à la fois psychique et charnelle. Quand le corps, l'âme et l'esprit son ainsi réunis, Dieu est «au milieu d'eux» (Mt 15,20), il y a interférence : Dieu et l'homme se contiennent réciproquement. C'est dans cette osmose que Dieu devient homme et que l'homme devient Dieu.

Grâce à cette suprême inhabitation divin-humaine l'infini de Dieu devient donc propre à l'homme et tout notre être, ainsi que son expression à travers la vie sous ses multiples facettes, l'amour, la joie, la pensée ou la parole, le geste ou la simple présence silencieuse, reflète dans le fini l'infini de la lumière divine. La plongée en nous de la Personne divine fait éclater toutes nos limites et ouvre notre conscience à des profondeurs toujours nouvelles où se révèle alors le mystère de la personne humaine, c'est-à-dire ce qui est absolument unique en moi et qui ne s'est jamais vu dans l'histoire de l'humanité.

Par le travail sur soi, en purifiant ses passions, ce processus de maturation est sans fin jusqu'à ce que la transparence de Dieu dans l'homme devienne ressemblance. C'est cela qu'on appelle sainteté. Seule cette communication inouïe avec Dieu, rend l'homme capable de communiquer vraiment avec ses frères, car c'est la personne qui communie à une autre personne alors que le corps ou l'âme seuls en sont incapables.

Là est le grand drame de beaucoup de couples, de communautés et finalement de toute relation... « Sans l'Esprit-Saint, écrit saint Athanase, nous sommes étrangers à Dieu » et donc à l'homme. Avec Lui nous entrons dans la profondeur des relations trinitaires et ce rayonnement en nous divinise toute relation humaine.

Le tout du Chemin c'est d'acquérir cette conscience-là, de la cultiver et de l'approfondir sans cesse. « Chercher d'abord le royaume de Dieu » c'est être attentif à la présence de l'Esprit à chaque moment, le déchiffrer dans les pulsations de notre cœur, sous les visages qui croisent nos routes, sous la surface agitée des choses et des événements, et se livrer à Lui pour l'accomplissement de ses désirs. Là se trouve la suprême sagesse, suprême liberté !

Avec toute notre affection, à bientôt !

Père Alphonse et Rachel

Texte à méditer

 

Le chemin du Seigneur qu'il nous est demandé de préparer, mes frères, c'est en y marchant qu'on le prépare, et c'est en le préparant qu'on y marche. Même si vous vous êtes beaucoup avancés sur ce chemin, il vous reste cependant toujours à le préparer, pour que, du point où vous êtes parvenus, vous alliez toujours de l'avant, tendus vers ce qui est au-delà. Voilà comment, à chaque pas que vous faites, le Seigneur, à qui vous préparez son chemin, vient au-devant de vous, toujours nouveau, en quelque sorte, et plus grand qu'il n'était. C'est pourquoi, le voyageur sage et empressé, lorsqu'il sera arrivé au terme, ne fera que commencer, car, oubliant ce qui est en arrière, il se dira chaque jour : « Maintenant, je commence ».

 

Guerric d’Igny, abbé cistercien, 1080-1157

Prière

Le Royaume des cieux est au-dedans de toi, si tu le veux [...] Hâte-toi donc de voir, de saisir et d'obtenir en toi ces biens tenus en réserve pour toi… Crie vers Dieu ; prosterne-toi. Comme l'aveugle autrefois, dis maintenant toi aussi : « Aie pitié de moi, Fils de Dieu, et ouvre les yeux de mon âme, afin que je voie la Lumière du monde que tu es, toi mon Dieu, et que je devienne moi aussi enfant de cette lumière divine.

Toi qui es bon et généreux, envoie l’Esprit Saint, le Consolateur, sur moi aussi afin qu'il m'enseigne tout ce qui te concerne, tout ce qui est à toi, Dieu de l'univers.

Demeure en moi aussi, comme tu l'as dit, afin que je devienne à mon tour digne de demeurer en toi. Donne-moi de savoir entrer en toi et de savoir que je te possède en moi.

Toi qui es invisible, daigne prendre forme en moi, afin qu'en voyant ta beauté inaccessible, je porte ton image, toi qui es aux cieux, et que j'oublie toutes les choses visibles.

Donne-moi la gloire que le Père t'a donnée, toi le miséricordieux, afin que, semblable à toi comme tous tes serviteurs, je partage ta vie divine selon la grâce et que je sois avec toi continuellement, maintenant et toujours et pour les siècles sans fin ».

  Syméon le Nouveau Théologien (v. 949-1022) 

En mai et juin vous pouvez vivre à Béthanie :

 

  • UNE RENCONTRE  AVEC JEAN-YVES LELOUP

Thème : L’expérience dans le corps que nous sommes de Celui qui est Vie, Lumière et Amour, selon la première lettre de St Jean.

Jean-Yves Leloup nous propose une traduction et un commentaire de cette œuvre qui transmet la sagesse de Jean et de la communauté johannique d'Éphèse. Cette épître est, aujourd'hui comme hier, à étudier et à méditer pour mieux vivre et connaître la saveur et le Sens de cette vie.

Du 31 mai (9 h) au 1er juin 2014 (17 h)       session complète                                       Jean-Yves LELOUP, docteur en psychologie, philosophie et théologie, est prêtre orthodoxe, conférencier et écrivain.

  • PENTECÔTE

Cette fête accomplit toute la Création et inaugure la plénitude des temps, car l’Esprit désormais « est partout présent et remplit tout». Conférence le samedi à 16 heures, suivie des Grandes Vêpres de la Pentecôte et de l’imposition des mains pour la guérison de l’âme et du corps. Le dimanche, chant des Tierces  suivies de la Divine Liturgie et des agapes fraternelles. 

Du 7 juin (16 h) au 8 juin 2014 (16 h)               (Participation libre)

  • PÉLERINAGE A SAINT THIÉBAULT

Un pèlerinage qui rassemblait autrefois des foules pour honorer saint Thiébault et obtenir de lui une guérison pour soi-même ou pour ses proches. Aujourd’hui dans le même esprit nous célèbrerons la Divine Liturgie en l’honneur de Saint Thiébault, prierons autour de ses reliques, et nous réjouirons par la musique, le chant, la danse et l’amitié.

Le Dimanche 29 juin 2014  de 10h30 à 17h      (Participation libre)

-------------------------------------------------------------

Télécharger la lettre au format pdf

http://www.centre-bethanie.org/compression/lettre_bethanie_113.pdf

Commenter cet article