Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Vidéos

Publié par Centre Béthanie

La Lettre de Béthanie N° 110
La Lettre de Béthanie N° 110

Chers Amis,

Jésus est baptisé dans le Jourdain. Ceux qui sont allés en pèlerinage en Terre Sainte connaissent les méandres du Jourdain, et savent à quel point son eau est limoneuse parce qu'elle traverse les déserts. Elle traverse le désert pour se jeter en final dans la Mer Morte. C'est symboliquement très puissant, car Jésus descend dans ce limon de notre péché et Il le prend sur Lui. Tout ce que les eaux de l'humanité ont charrié depuis tant de siècles, - les siècles du passé, et d’ailleurs, de l'avenir – tel l'Agneau, dit le prophète Isaïe. « Il a pris sur lui nos misères et porta nos douleurs. »

Une ancienne, très ancienne coutume en Israël, voulait qu'une fois par an, tout le peuple soit convoqué, et on prenait un bouc noir, qui représentait parmi les hommes l'esprit malin, et qui devait alors en subir les conséquences. Le Grand Prêtre déposait alors sur le bouc tous les péchés du peuple, après quoi on le chassait dans les lieux déserts, et il allait périr misérablement ; ou encore on le poussait au bord d'un précipice pour l'y jeter.

Avec Jésus, l'ancien rite devient actualité. L'ancien bouc noir se change, comme disent les textes, en agneau blanc, et par lui, Dieu prend la place du diable. Voici l'agneau de Dieu, qui, comme le bouc émissaire, porte les péchés du monde ; comme lui, il erre dans le désert, et comme lui, il sera un jour au bord du précipice. Il n'y a pas d'autre précipice que la croix. Il se charge de nos péchés par le baptême de l'eau, et après avoir enduré pendant trois ans l'horreur de leurs conséquences, il les plonge dans son baptême de sang. Puis, après les avoir enfouis dans trois jours de mort, Il les transfigure dans le baptême de l'Esprit, qui est la Résurrection.

Mais, et voilà le grand mystère de cette Théophanie : Dans l'eau du Jourdain, nous voyons la Source de toute vie : Le Père. Dans le sang offert de toute éternité par l'agneau, nous voyons l'amour fou de Dieu, révélé dans le Fils et par le Fils. Et dans la Résurrection du Christ, nous voyons la puissance inouïe de l'Esprit.

Nous plongeons aujourd'hui avec le Christ dans ces grandes eaux du Jourdain. Elles nous rappellent notre condition de baptisé. Notre baptême ne se perd pas dans la nuit des temps de notre enfance. Ce n'est pas du passé. Il est ma condition actuelle, essentielle, ontologique. Je suis né créature nouvelle. Il n'y a rien de plus actuel que mon baptême. Il me marque comme un sceau dans la cire (le sceau du disciple), dont le secret de chaque instant est de mourir dans le sang du Christ, et de renaître dans la puissance de l'Esprit.

Je n'ai pas été baptisé ; JE SUIS baptisé. C'est à dire « Plongé » ! Je suis immergé en Christ et, comme l’a dit un jour saint Grégoire de Nysse : « C'est vraiment pour nous, à la fois, le tombeau et la mère. » Nous mourrons à ce qui n'est pas la vie, et nous ne cessons de renaître et d'être accouchés. Cela est tellement inscrit désormais en nous que c'est le sens même de mon souffle.

Je suis un baptistère : en moi, l'expir me plonge dans cette réalité présente au fond de moi qui est le Christ, et, en inspirant, j'émerge de Lui, toujours plus conforme, de l'Image à la Ressemblance. Alors, nous récapitulons en nous et jusque dans notre corps, puisque c'est avec le corps que nous descendons dans l'eau, la mémoire ancestrale de nos cellules : Qui sait encore ce qui habite nos cellules physiques ?

Le passage de la Mer Rouge, les eaux du déluge, le séjour dans le ventre de la baleine, la traversée du Jourdain avec Josué, l'entrée dans la Terre Promise... C'est ça ma vieille mémoire qui habite dans mon corps.

Notre vie est donc une Pâques : au fond de ces eaux, nous avons laissé le péché et la mort ; et ce qui en a émergé est un état de Grâce que nous sommes maintenant, même si nous ne le savons pas : un être de Lumière. Nous sommes des Ressuscités. La joie, depuis, est notre seul critère, et chaque fois que nous prenons conscience de cela, les cieux s'ouvrent et la Voix du Père dit réellement pour moi :

« Tu es mon Fils bien-aimé ! »

Avec toute notre affection, à bientôt !

Père Alphonse et Rachel

Texte à méditer

 

« Sur lui reposera l'esprit du Seigneur, esprit de sagesse et d'intelligence » (Is 11,2). L'esprit de sagesse n'a pas reposé sur Moïse, l'esprit de sagesse n'a pas reposé sur Josué, l'esprit de sagesse n'a reposé sur aucun des prophètes, ni sur Isaïe, ni sur Jérémie... 

Il est venu sur Moïse, mais après cette visite de l'esprit de sagesse, Moïse a manqué de foi : « Écoutez donc, rebelles, dit-il, est-ce que nous pouvons faire jaillir de l'eau pour vous de ce rocher ? » (Nb 20,10) 

Il est venu sur tous les justes. Il est venu sur Isaïe, mais que dit ce dernier ? « Je suis un homme aux lèvres impures et j'habite au milieu d'un peuple aux lèvres impures » (Is 6,5)... 

L'Esprit peut bien venir sur n'importe quel homme, mais il ne peut pas y trouver de repos, car tout homme pèche et il n'y a pas de juste sur la terre qui fasse le bien sans jamais tomber. « Personne n'est pur de souillures » (Jb 14,4)... Si l'Esprit est venu sur beaucoup, il n'est demeuré sur aucun. 

Auparavant dans l'Écriture, il y a cette parole : « Mon esprit, dit le Seigneur, ne demeurera pas indéfiniment dans l'homme » (Gn 6,3)... 
Jean le Baptiste a vu un homme, un seul, sur lequel l'Esprit a demeuré, et c'était le signe que Dieu lui avait donné : « Celui sur qui tu verras l'Esprit descendre et demeurer, c'est lui, le Fils de Dieu ».  


Origène (v. 185-253), prêtre et théologien  

Prière


Tu es apparu dans le monde, 
Toi Qui as créé le monde, 
afin d’illuminer ceux qui étaient assis dans les ténèbres : 
Ami de l’homme gloire à Toi !

 
(Répons long des vêpres de la Théophanie)

Venez vivre à Béthanie

 

  • UNE RENCONTRE AVEC MICHEL MAXIME EGGER

Thème : Ecologie et Spiritualité, le mystère de la Création

Du  8 février (9 h) au 9 février 2014 (17 h)           

Répondre en profondeur au défi écologique exige de changer notre regard sur la nature. Celle-ci n’est pas qu’une réalité matérielle au service de l’être humain, mais un mystère habité par le divin. A partir de la théologie des Pères de l’Eglise mise en dialogue avec d’autres traditions spirituelles et la science contemporaine, nous explorerons la profondeur de la Création comme lieu de la connaissance de Dieu et école de sagesse.

Michel Maxime EGGER est sociologue et théologien orthodoxe. Il allie une expérience de journaliste, d’éditeur, de responsable d’ONG et d’écrivain.

 

  • L’ART D’ÊTRE DANS L’INSTANT PRESENT

Du  22 février (9 h) au 23 février 2014 (17 h)  

C’est l’art des arts ! L’intensité de la vigilance permanente est la porte d’accès au moment présent. Cet état de pleine conscience libère des parasitages du mental pour nous faire redécouvrir l’espace intérieur de la quiétude (hesychia), là où l’esprit en nous veille et prie.

Sous la conduite de père FRANCIS DEKEYSER, prêtre orthodoxe, professeur à l’Université de Nancy de 1983 à 2008, responsable du secteur des arts martiaux, connaissance de soi et gestion du stress.

 

  • UN ATELIER D’ ENLUMINURE

Thème : L'Ange

Du 22 février (9 h) au 23 février 2014 (17 h)

Selon la tradition d’Orient ou d’Occident, réaliser une enluminure d’un ange pour orner un poème ou un texte sacré. Le dessin et la peinture, dans la prière et le souffle, sont un chemin d’intériorisation, de transformation et de jubilation. (Ce stage s’adresse autant aux débutants qu’aux anciens pour un approfondissement.)

Sous la conduite de Sophie GUICHARD, calligraphe, en collaboration avec sœur BARBARA de la communauté de Béthanie.

 

Pour recevoir la lettre de Béthanie gratuitement chaque mois par internet, inscrivez-vous en vous connectant à l’adresse http://www.centre-bethanie.org/liste_diffusion.htm et enregistrez votre adresse e-mail. Si vous ne disposez pas d’internet nous vous enverrons la lettre par courrier mais pour ce faire, merci de nous adresser des enveloppes timbrées libellées à votre adresse.

 

BETHANIE, Prieuré Notre-Dame et St-Thiébault, 57680 GORZE

 

Télécharger la Lettre en format PDF Cliquer ICI

 

Commenter cet article